Economie
URL courte
6413
S'abonner

L'agence Bloomberg a publié son classement annuel des économies avec l’indice de misère le plus bas du monde basé sur les prévisions d'inflation et de chômage pour 2019 dans chaque pays. Le Venezuela domine cette liste depuis cinq ans.

Le Venezuela arrive en tête des pays dont les économies possèdent l'indice de misère le plus bas, selon le classement annuel Bloomberg's Misery Index avec un indice de 8.000.011,4, quand l'Argentine qui occupe la deuxième place a un indice de 42,7.

Cet indice de misère est calculé par l'agence en fonction des prévisions d'inflation et de chômage pour 2019, deux critères que Bloomberg additionne pour dresser sa liste. L'indice en question s'intéresse à la bonne santé de l'économie et du marché de l'emploi et vise à mesurer l'appauvrissement d'un pays.

L'Afrique du Sud, la Turquie, la Grèce et l'Ukraine figurent aussi parmi les pays où les spécialistes prévoient une forte inflation, ainsi que des difficultés sur le marché de l'emploi. La liste est composée de 62 États.

Dans la zone rouge du classement se trouvent l'Uruguay, l'Espagne, le Brésil et l'Arabie saoudite. Ces pays n'ont pas changé de «zone» dans ce classement par rapport à l'année dernière où ils figuraient déjà parmi les 10 économies au monde dotées de l'indice de misère le plus bas, selon Bloomberg. Toutefois, il y a eu quelques changements à l'intérieur de la première dizaine. Par exemple, alors que l'Espagne était 7e en 2018, elle se place cette année en 8e position.

La zone verte du classement inclut les pays ayant le meilleur rapport inflation/chômage dont la Thaïlande, la Suisse, le Japon, Singapour, Taïwan, la Malaisie et la Tchéquie.

Lire aussi:

Les derniers mots de Maradona dévoilés par une chaîne de télévision
À la suite d’une décision de justice, elle se retrouve contrainte de partager sa maison avec un squatteur
Le Premier ministre arménien réagit à la résolution du Sénat français sur le Haut-Karabakh
Tags:
économie, chômage, misère, inflation, classement, Thaïlande, Venezuela
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook