Ecoutez Radio Sputnik
    Un Airbus Helicopters H135 au salon Helirussia

    Airbus Helicopters Vostok dit évaluer les technologies russes qui peuvent bénéficier à ses appareils

    © Sputnik . Antonon Denissov
    Economie
    URL courte
    5220
    S'abonner

    Dans un entretien à Sputnik, le directeur général d’Airbus Helicopters Vostok, filiale du géant européen en Biélorussie et en Russie, a évoqué la coopération avec cette dernière, livré son avis sur l’industrie russe et a mentionné le fonctionnement du dialogue dans le contexte des sanctions.

    À l’occasion de la 12e édition du Salon international HeliRussia, le directeur général d’Airbus Helicopters Vostok, filiale du constructeur aéronautique européen, Thomas Zeman, a accordé une interview à Sputnik.

    Alors que les premiers éléments de ce qui sera par la suite EADS puis Airbus Helicopters sont arrivés en Russie en 1995, le premier fabricant d'hélicoptères civils au monde reste attentif, comme partout ailleurs, aux opportunités qui peuvent à la fois répondre à ses besoins commerciaux, technologiques et industriels. Et cela afin de livrer aux clients et aux pays dans lesquels il est présent «les meilleurs solutions possibles», confie Thomas Zeman.

    «À ce titre, en Russie, nous avons déjà de l’expérience en termes de coopération. Nous avons lancé avec une entreprise russe qui s’appelle RPKB [le Bureau de conception des instruments Ramenskoïe, ndlr] le développement et l’intégration du système [de positionnement par satellites, ndlr] GLONASS pour nos hélicoptères. On a commencé ce développement pour les H135 de Gazprom Avia et nous avons poursuivi cette intégration pour le H130, monomoteur léger, de manière à ce que nos hélicoptères puissent opérer sur le territoire russe en totale comptabilité avec le système de navigation GLONASS», explique-t-il.

    Mais la coopération, y compris potentielle, ne sait pas se résumer à cela, d’après M.Zeman. La société est en contact avec les grands instituts de recherche et de technologies russes, dont l’Institut central d'aérohydrodynamique (Tsagi), et ce dans le but d’évaluer quelles «peuvent être les technologies qui sont disponibles en Russie dont nous pourrions bénéficier pour nos hélicoptères».

    Prié de donner son avis sur l’industrie russe des hélicoptères, l’interlocuteur de l’agence reconnaît que la Russie a une longue tradition de l’aviation.

    «La Russie, de manière générale, fait partie des pionniers de l’aviation et de la conquête de l’espace, je dirais. […]. Et, il y a beaucoup de compétences en Russie dans l’aéronautique. Il y a beaucoup de compétences qui sont présentes et que nous étudions en permanence», a-t-il indiqué.

    Un H135 au salon HeliRussia
    © Sputnik . Anton Denissov
    Un H135 au salon HeliRussia

    Cette 12e édition a d’ailleurs été l’occasion pour le fabriquant de présenter son H135, dernière version du H135 Hélionex, un des hélicoptères les plus vendus au monde à ce jour.

    «C’est notre engagement pour le marché russe d’apporter au marché russe le meilleur de notre technologie et c’est ce que nous faisons aujourd’hui à travers le H135 avec beaucoup de fierté», a expliqué M.Zeman.

    À la question de savoir si le régime de sanctions de l’UE visant la Russie concernait Airbus, le responsable a répondu que les restrictions n’empêchaient pas cette entreprise multinationale de travailler, mais juste obligeaient à travailler différemment, «dans le cadre autorisé des sanctions».

    Airbus Helicopters Vostok a en outre tenu une cérémonie portant sur le projet Des Hommes et des Hélicoptères et dont le but, d’après M.Zeman, est de promouvoir non seulement les produits vendus, mais «principalement les hommes et les femmes qui, tous les jours, œuvrent dans l’ombre pour s’assurer que les hélicoptères partout en Russie et partout dans le monde peuvent voler en toute sécurité, avec la fiabilité requise et répondre aux demandes et aux attentes des clients».

    Tags:
    coopération, sanctions, GLONASS, Airbus Helicopters H135, Gazprom Avia, Airbus Helicopters Vostok, Airbus Helicopters, Thomas Zeman, Europe, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik