Economie
URL courte
2212
S'abonner

Les experts de Bloomberg ont calculé les pertes globales pour l’économie mondiale causées par la guerre commerciale entre les deux plus grandes économies du monde: les États-Unis et la Chine. Selon leurs estimations, si les droits de douane augmentent à nouveau, le PIB mondial pourrait diminuer de 600 milliards de dollars.

Selon les économistes de l’agence Bloomberg, la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine est entrée dans une nouvelle phase dangereuse. Les droits de douane sont en hausse et ce sujet préoccupe partout dans le monde. Si la hausse des tarifs douaniers continue et couvre l’ensemble des transactions entre les États-Unis et la Chine, le PIB mondial pourrait connaître un déclin de 600 milliards de dollars en 2021.

Dans le même temps, selon les experts, même sans guerre commerciale, les économies des deux pays pourraient connaître un ralentissement dans deux ans de 0,2% pour les États-Unis et 0,5% pour la Chine. Selon les économistes, la croissance de la production mondiale va donc considérablement ralentir.

En mai, les États-Unis ont porté à 25% leurs droits de douane sur les exportations chinoises pour 250 milliards de dollars. La Chine a, dans la foulée, relevé ses droits de douane sur certains produits américains de 5% à 25%.

Bloomberg estime qu’une solution pour éviter d’importants dégâts est encore possible. Les Présidents Donald Trump et Xi Jinping doivent se rencontrer lors du sommet du G20 le mois prochain. Mais, à ce stade, il semble plus probable que la guerre commerciale sera longue, désordonnée et coûteuse.

Lire aussi:

Une voiture fonce sur une terrasse en centre-ville de Fontainebleau, plusieurs blessés
Véran confirme un possible allégement concernant le pass sanitaire
Sous-marins australiens: «Ce qu'il vient de se passer» pèsera sur l’avenir de l’Otan, selon Le Drian
Sous-marins: Canberra et Washington réagissent au rappel des ambassadeurs français
Tags:
Chine, États-Unis, guerre commerciale, Bloomberg
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook