Economie
URL courte
7434
S'abonner

Pour payer quelque cinq milliards de dollars de dettes avant fin 2019, Kiev a diminué ses réserves de change, indique la Banque nationale d’Ukraine. Le pays espère une aide financière du FMI de deux milliards de dollars en 2019, a informé le portail UBR.ua.

Les réserves ukrainiennes de change ont été diminuées de 1,2 milliard de dollars, passant de 20,5 à 19,3 milliards de dollars, en mai 2019, a informé le chef de la Banque nationale d’Ukraine Yakiv Smolii, indique le portail UBR.ua.

La vente des avoirs peut être liée au remboursement de la grande dette publique, poursuit le portail. L’Ukraine a remboursé deux milliards de dollars au mois de mai.

Selon M.Smolii, Kiev doit rembourser cinq milliards de dollars (4,5 mds EUR) de dettes avant la fin de l’année.

Cependant, l’élaboration d’un nouveau programme de coopération entre l’Ukraine et le Fonds monétaire international (FMI) a été lancée, a déclaré le secrétaire de Conseil national de sécurité et de défense de l'Ukraine Alexandre Daniliouk suite à une réunion de travail avec des représentants du FMI.

Les détails de ce programme sont imprécis pour le moment. Il est possible que le mécanisme de crédit reste le même, celui du stand-by. Après avoir obtenu 1,4 milliard de dollars en 2018 (1,26 mds EUR) sur les 3,9 milliards de dollars (3,5 mds EUR) financés par le FMI, les autorités ukrainiennes espèrent recevoir encore deux milliards de dollars (1,8 mds EUR) au cours de l’année.

Lire aussi:

Une nouvelle vidéo montre ce qui se passe juste avant la mort de George Floyd
Un drone filme une foule détruire une colonne entière de voitures de police à Philadelphie – vidéo
La taxe qui avait provoqué le mouvement des Gilets jaunes remise sur la table par un conseiller de Macron
Un camion force son passage parmi des manifestants à Minneapolis prêts à lyncher le conducteur – vidéos
Tags:
remboursement, dette publique, Fonds monétaire international (FMI), Banque nationale d'Ukraine (NBU), Kiev, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook