Economie
URL courte
247
S'abonner

La National Oil Corporation (NOC) libyenne a annoncé un nouvel arrêt de production de pétrole sur le plus grand champ pétrolier libyen de Sharara, qui serait dû à la fermeture d’une ou de plusieurs vannes sur un pipeline.

La production de pétrole sur le plus grand champ pétrolier libyen de Sharara a été interrompue dans la région de Hamada, a annoncé samedi 20 juillet la National Oil Corporation (NOC) libyenne.

«La NOC confirme l’arrêt de la production de 290.000 barils par jour sur le champ pétrolifère de Sharara […]. Une enquête est en cours», a indiqué la compagnie pétrolière sur Facebook.

L’incident aurait été provoqué par la fermeture d'une vanne de l’oléoduc reliant le champ de Sharara au port de Zawiya, à 45 km de la capitale, qui abrite aussi la principale raffinerie de l’ouest, d’après la société.

La NOC n’a pas précisé pour quelle raison une ou plusieurs vannes auraient pu été fermées, mais ces dernières années, les blocages imposés par des manifestants ou des groupes armés ont déjà plusieurs fois causé l’arrêt de production de pétrole sur le champ de Sharara et d’autres sites de l’ouest du pays.

Le secteur de Hamada est une région désertique de l’ouest de la Libye entourée de plusieurs villes et villages.

Plus tard, une filiale de la NOC, Akakus Oil Operations, a informé la société énergétique General Electric of Libya (GECOL) qu’en raison de l’interruption de production à Sharara, la grande centrale électrique d’Obari, située à quelque 1.100 km au sud de Tripoli, ne serait pas alimentée en pétrole.

«Akakus Oil Operations, filiale de la NOC, a informé la General Electric Company of Libya (GECOL) que l’approvisionnement en pétrole brut de la centrale d’Obari cesserait en raison d’une perte de production sur le champ pétrolifère de Sharara […]. Les ingénieurs de la NOC et d’Akakus s’efforcent de rétablir la production de manière à ce que les fournitures puissent reprendre le plus rapidement possible», lit-on dans un message publié sur le compte Facebook de la NOC.

Pour le groupe, la production d’un autre champ pétrolifère géant, El Feel, situé dans le sud du pays, n’est pas affectée.

La NOC exploite le champ pétrolier de Sharara en partenariat avec Repsol (Espagne), Total (France), OMV (Autriche) et Equinor (Norvège).

Lire aussi:

Le nombre de décès le plus élevé depuis avril et les nouveaux cas en baisse en 24h en France
«Nous sommes libres de décapiter»: des milliers de messages de bots envahissent des sites français
Le ministre français du Commerce commente l'appel d'Erdogan à boycotter les produits français
Tags:
National Oil Corporation (NOC), oléoduc, pétrole, gisements de pétrole, Libye
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook