Ecoutez Radio Sputnik
    Des billets de banque

    Des pronostics peu optimistes pour la croissance européenne

    CC0 / martaposemuckel / Des billets de banque
    Economie
    URL courte
    6211
    S'abonner

    La confiance économique en Europe continue de fléchir à une vitesse inattendue à cause de la faible consommation des ménages, indique Bloomberg.

    La croissance économique de la zone euro a été divisée par deux au deuxième trimestre 2019 à 0,2%, en raison principalement d'un ralentissement de la consommation des ménages en France, rapporte Bloomberg.

    Ce niveau s’est avéré inférieur aux pronostics des analystes.

    Selon l’agence, au premier trimestre 2019, l’économie de la zone euro connaissait encore une croissance de 0,4%. La récente dégradation de la conjoncture a déjà fortement atteint le secteur industriel. Surtout, en ce qui concerne les constructeurs automobiles.

    En France, l’expansion économique a ralenti du fait d’un affaiblissement de la consommation, et ce malgré les réductions d’impôts adoptées par Emmanuel Macron.

    En outre, les analystes avancent que cette semaine sera annoncé un léger reflux de l’inflation de 1,3% à 1,1%, ce qui contribuera encore au ralentissement de l’économie.

    Les experts estiment que la situation ne changera pas au troisième trimestre. Selon eux, les indicateurs économiques resteront décevants et la réduction du taux de croissance de l’économie de la zone euro continuera.

    Cependant, la Banque centrale européenne (BCE) a décidé, jeudi 25 juillet, de laisser ses taux directeurs inchangés. Mais le communiqué diffusé dans la foulée de la réunion du conseil des gouverneurs et les commentaires du président de la BCE Mario Draghi indiquent sans équivoque que l’institut d’émission de la zone euro se prépare à agir cet automne.

    L’Europe pourrait porter un coup dur à l'économie mondiale. Boris Johnson, connu pour sa position intransigeante, est aujourd'hui le Premier ministre au Royaume-Uni. Il prône le Brexit à tout prix, même sans accord avec l'UE. Les marchés sont effrayés par cette tournure des événements, et la monnaie européenne est devenue l'outsider du jour. En revanche, le prix de l'or a grimpé car les investisseurs, redoutant la tempête, s'enfuient dans ce havre de paix. Cela ne présage plus rien de bon pour l'euro, notamment si la BCE continue à assouplir sa politique monétaire.

    Tags:
    économie mondiale, Banque centrale européenne (BCE), croissance, consommation, Europe, économie, zone euro
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik