Economie
URL courte
18832
S'abonner

Un nouveau revirement de la guerre commerciale sino-américaine a provoqué une chute des actions US et la baisse des rendements des bons du Trésor.

L’escalade des tensions dans les relations commerciales entre la Chine et les États-Unis coûte cher à Washington. En effet, d'après l'agence Bloomberg, les marchés boursiers américains ont perdu près de 700 milliards de dollars.

Ainsi, l’indice S&P 500 a plongé de 3% et toutes les sociétés le composant, à part 11, ont négocié à la baisse. Ainsi, indique l’agence, Dow Jones a perdu plus de 700 points, Apple et IBM ont perdu au moins 4%.

Au plus bas depuis 2017

En même temps les rendements des bons du Trésor à 10 ans ont atteint leur plus bas niveau depuis l’élection de Donald Trump.

Vers une guerre monétaire?

Cité par Bloomberg, le directeur des investissements chez Independent Advisor Alliance, Chris Zaccarelli, estime qu’une guerre des monnaies n’est pas à exclure.

«La guerre commerciale se renforce et il est possible qu’une guerre monétaire éclate», explique-t-il.

Et d’ajouter qu’aucune des deux n’était bonne pour l’économie mondiale et allaient «faire mal» sur les marchés.

Un face à face économique

Pour rappel, le 1er août, Donald Trump a annoncé l’instauration à partir du 1er septembre de nouvelles taxes sur les importations chinoises. La Chine a alors riposté en ordonnant de suspendre les importations agricoles américaines.

En outre, pour la première fois depuis la crise financière de 2008, Pékin a laissé le yuan s’enfoncer sous le seuil clé de 7 pour un dollar américain.

Lire aussi:

Moscou réagit aux accusations concernant une cyberattaque contre un pipeline US
Le Hamas lance un nouveau barrage de roquettes vers Israël
Moscou exige qu’Israël cesse «immédiatement et entièrement» sa politique de colonisation
En continu: tous les vols vers Tel-Aviv détournés en raison des tirs de roquettes depuis Gaza
Tags:
marché, actions, pertes, Chine, guerre commerciale, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook