Economie
URL courte
71329
S'abonner

Répondant aux journalistes curieux de savoir combien d’argent il avait sur lui, le PDG de la Deutsche Bank a avoué qu’il venait d’être crédité par son chauffeur.

Le PDG du géant financier allemand Deutsche Bank, qui subit actuellement les plus importantes suppressions de postes de son histoire, a brièvement abordé la question de ses finances personnelles lundi 16 septembre lors d’un talk-show à Düsseldorf, rapporte la chaîne de télévision allemande N-tv.

Interrogé pour savoir combien d’argent il détenait en ce moment, Christian Sewing est resté évasif tout en avouant qu’il venait d’emprunter à son chauffeur.

«J’ai emprunté quelque chose à mon chauffeur tout à l’heure parce que je pensais que je n’avais plus rien sur moi», a-t-il raconté. Mais le banquier n’est pas resté redevable longtemps: «Heureusement, j’avais encore quelque chose... », a ajouté l’homme d’affaires.

Christian Sewing, qui a commencé sa carrière chez Deutsche Bank il y a 30 ans, est président-directeur général de l'entreprise depuis avril 2018.

L'ancien fleuron allemand de la finance est empêtré dans une série de scandales depuis la crise financière de 2008 qui ont coûté à l’institution financière des sommes colossales. La banque a annoncé début juillet la suppression d'un cinquième de ses effectifs pour réduire de six milliards d'euros les coûts d'ici 2022.

Le 17 juillet, la Deutsche Bank a présenté le plus grand plan de restructuration de son histoire avec la suppression de 18.000 emplois. En 2018, le groupe allemand avait déjà supprimé 6.000 postes.

Lire aussi:

Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Un glacier de 500.000 mètres cubes risque de se détacher du Mont Blanc, évacuation en cours
Au moins 16 fonctionnaires du port de Beyrouth, dont le directeur, en détention
La une du Monde sur Beyrouth avec une illustration du caricaturiste Plantu provoque un tollé
Tags:
argent, emprunts, Deutsche Bank, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook