Ecoutez Radio Sputnik
    Vin rosé

    Les sanctions US contre l’UE pourraient pousser les viticulteurs français à se tourner vers la Russie

    CC0 / kaboompics
    Economie
    URL courte
    8321
    S'abonner

    Le représentant d’une association de producteurs de vins de Provence a affirmé penser que l’augmentation des droits de douane américains permettra aux Français de vendre plus de vins en Russie.

    Les États-Unis ont l’intention d’augmenter leurs droits de douane sur les vins et fromages en provenance des pays de l’Union européenne. Les tarifs douaniers sur ces produits seront augmentés, ce qui pourrait accroître, par exemple, les ventes de vin français en Russie, a déclaré à RIA Novosti le secrétaire général du Conseil interprofessionnel des vins de Provence, Paul Bernard.

    Pour le professionnel, il est trop tôt à l’heure actuelle pour parler des conséquences de ces taxes, tout sera plus clair le 18 octobre prochain. En ce qui concerne notre association, nous avons maintenu un grand nombre d’acheteurs en Russie et en Chine, je pense que les sanctions américaines nous permettront de vendre plus de vins en Russie, a-t-il affirmé à l’occasion d’une réunion de producteurs français avec la sénatrice russe Lilia Goumerova.

    Début octobre, l’OMC a autorisé Washington à imposer des droits de douane sur 7,5 milliards de dollars (6,8 milliards d’euros) par an de biens et services européens. Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a déclaré que son pays pourrait taxer le vin et le fromage venant de l’Union européenne. Si les nouveaux tarifs douaniers sont approuvés par l’OMC, ils entreront en vigueur le 18 octobre.

    L’introduction de ces nouveaux tarifs douaniers trouve son origine dans un conflit de 2004 qui opposait Airbus à Boeing, lorsque les États-Unis avaient dénoncé les subventions de l’UE accordées au constructeur aéronautique européen.

    Tags:
    Boeing, Airbus, vin, États-Unis, Union européenne (UE), sanctions économiques, sanctions
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik