Ecoutez Radio Sputnik
    Logo de OPEP

    Le Brésil bientôt dans l'OPEP?

    © Sputnik . Alexey Vitvitskiy
    Economie
    URL courte
    4133
    S'abonner

    La partie saoudienne a proposé au Brésil de rallier l’OPEP en vue de stabiliser les prix du brut à l’échelle internationale, a annoncé Jair Bolsonaro.

    L’Arabie saoudite a invité de manière non officielle le Brésil à rejoindre l’Organisation des pays exportateurs du pétrole (OPEP), affirme le Président brésilien Jair Bolsonaro.

    Il a fait cette annonce après des entretiens avec plusieurs hauts responsables saoudiens, dont le prince héritier Mohammed Ben Salmane, dans le cadre de la conférence Future Investment Initiative à Riyad.

    M.Bolsonaro a toutefois indiqué qu’il devait mener des consultations à ce sujet avec l’équipe économique brésilienne et le ministère de l’Énergie avant de décider de rejoindre les rangs de l’OPEP.

    Quelles perspectives pour le Brésil à l’OPEP?

    Si le Brésil finit par adhérer à l’organisation, il deviendra son troisième membre quant au volume de production, après l’Arabie saoudite et l’Irak. À l’heure actuelle, la hausse de la production brésilienne entrave les efforts déployés par l’OPEP pour soutenir les prix du brut face à l’abondance de l’offre de la part des États-Unis et à la baisse de la demande à l’échelle mondiale.

    En 2018, le Brésil produisait 2,71 millions de barils de pétrole par jour, selon les données de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), qui s’attend à ce qu’en 2020 ce chiffre s’établisse à 3,22 millions.

    Selon Jair Bolsonaro, les réserves pétrolières brésiliennes sont plus importantes que celles de plusieurs membres de l’OPEP. Pour lui, le Brésil et l’OPEP sont à même de former «un excellent partenariat» en vue de stabiliser les prix des hydrocarbures au niveau international.

    Tags:
    Jair Bolsonaro, Mohamed Ben Salmane, Agence internationale de l'énergie (AIE), prix du pétrole, pétrole, OPEP, Irak, Arabie Saoudite, Brésil
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik