Ecoutez Radio Sputnik
    Traders à la Bourse de New York, septembre 1963

    1929-2019: «La financiarisation repose sur des comportements irrationnels et incite à la folie»

    Thomas J. O'Halloran, C0
    Economie
    URL courte
    Par
    6342
    S'abonner

    À l’occasion de l’anniversaire de la crise de 1929, le podcast Russeurope Express revient sur presque un siècle de financiarisation de l’économie. À l’époque comme aujourd’hui, les marchés financiers ne semblent pas exactement avoir la raison pour guide. À quand la prochaine crise? Morceaux choisis.

    «La folie, c’est de se comporter toujours de la même manière en s’attendant à un résultat différent», aurait un jour déclaré Einstein. Quatre-vingt-dix ans après le krach du jeudi noir du 24 octobre 1929, qui déclencha la pire crise économique du XXe siècle et la Grande Dépression des années trente, la finance serait-elle en train de reproduire des erreurs du passé? Si, comme l’affirment de nombreux observateurs, tel était le cas, cela signifierait-il que l’économie financiarisée serait devenue… folle?

    Du casino à la salle de marché

    Dans un numéro spécial de Russeurope Express sur Sputnik, Jacques Sapir fait remarquer que la crise financière de 1929 s’inscrit dans un contexte psychologique particulier: «Il y a un basculement dans l’opinion à partir de 1926-1927, que l’historien de l’économie Charles Kindleberger appelait la mania. Il distinguait d’ailleurs cette phase maniaque de la phase euphorique

    Et de détailler: «Il y a toute une série de marchés qui s’emballent, par exemple celui de l’immobilier. Mais surtout, on constate au cours des années vingt le développement des jeux d’argent. C’est un très bon indicateur du fait que s’installe une mentalité générale de spéculation, et pas seulement chez les opérateurs en bourse, mais dans toute la société.» Autrement dit, une valorisation de l’irrationnel, dénoncée aujourd’hui encore par les critiques du néolibéralisme, qui y voient une «économie casino» déconnectée de l’économie réelle.

    «Ce n’est d’ailleurs pas par hasard qu’on appelle cette époque-là les "années folles"», renchérit Dany Lang, maître de conférences à Paris 13.

    Membre des Économistes atterrés, collectif fondé en réaction aux politiques menées après la crise de 2008, le chercheur distingue deux phases dans les comportements qui mènent à un krach financier: «On a d’abord une phase d’euphorie très marquée, délirante, note Dany Lang, puis une phase importante de panique, et ça éclate. Les économistes du courant dominant veulent croire que les agents sont rationnels, or c’est tout sauf le cas.»

    Mêmes causes, mêmes conséquences?

    Si les jeux de hasard représentent l’une des facettes de l’irrationnel, la foi en est une autre: «En 1929, les économistes néoclassiques, autrement dit libéraux, pensaient qu’une crise majeure n’était pas possible et que les marchés s’équilibreraient eux-mêmes», lance Dany Lang. Avant de tacler, un brin taquin, ses collègues actuels: «En 2007, quelques mois avant la crise, Augustin Landier et David Thesmar nous ont sorti un article "collector" qui s’appelait Le mégakrach n'aura pas lieu…»

    Reprenant volontairement l’expression, Dany Lang avait publié en mai 2018 une tribune dans Libération, cosignée avec l’économiste australien Steve Keen (connu pour avoir prévu, lui, la crise des subprimes) et intitulée Les morts-vivants de la dette et le mégakrach à venir. Inquiets des hauts niveaux de dette privée atteints dans différents pays «zombifiés» par le crédit, les deux post-keynésiens annonçaient un désastre financier sous trois ans. Un an et demi plus tard, Dany Lang maintient cette prévision au micro de Russeurope Express: «Quelques leçons ont bien été tirées de 1929 et de 2008, mais il faut d’urgence faire une véritable séparation des banques de dépôt et d’investissement, et abandonner les politiques budgétaires restrictives.»

    Et Jacques Sapir de conclure: «Nous allons effectivement vers des problèmes économiques très sérieux au niveau mondial, même si la crise, dans sa logique, ne se répète jamais exactement à l’identique.»

    En quatre-vingt-dix ans, c’est donc un cheminement singulier de l’économie qui s’offre à voir au fil du siècle: depuis les Roaring Twenties… jusqu’à la Walking Dette.

    Abonnez-vous au podcast de Russeurope Express pour ne jamais manquer un épisode:

    iTunes
    Google Podcasts
    Spotify
    Deezer
    ▶ Ou copiez l’adresse du flux RSS dans votre application de podcast.

    Tags:
    finance, krach financier, crise, bourse, crise financière
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik