Ecoutez Radio Sputnik
    Amazon

    Black Friday: «Derrière une apparente modernité, le modèle d’Amazon rappelle le XIXe siècle»

    © REUTERS / Mike Segar
    Economie
    URL courte
    Par
    6267
    S'abonner

    Dans son édito pour Russeurope Express, Jacques Sapir revient sur les promotions du Black Friday et plus particulièrement le fonctionnement d’Amazon. L’économiste dénonce un désastre écologique, social et fiscal, symptomatique selon lui d’un retour à des pratiques brutales qu’on pouvait pourtant croire révolues.

    Un édito de Jacques Sapir à retrouver en podcast dans l’émission Russeurope Express du 28 novembre.

    En cette fin novembre, diverses actions sont menées par des militants contre l’entreprise Amazon, dans la foulée d’un appel lancé par Attac et les Amis de la Terre, «Stop Amazon et son monde: pour transformer le Black Friday 2019 en "vendredi noir"».

    Il s’agit, pour les organisateurs de cette initiative, de prendre prétexte de ce jour de promotions exceptionnelles pour nous interroger sur le modèle économique qui sous-tend Amazon.

    Le géant américain s’est développé en jouant sur l’attrait pour la facilité, mais aussi sur les économies d’échelle qu’engendre une course effrénée à la taille la plus grande. De fait, la multinationale a vendu plus de 11 milliards de produits l’année dernière. Ses prix bas et ses promotions quotidiennes poussent à la surconsommation, et les conséquences écologiques sont désastreuses.

    «Mettre le monde à votre porte»

    En dépit des récentes promesses de Jeff Bezos sur les énergies renouvelables ou la compensation de ses émissions, le bilan en termes de pollution est tout à fait catastrophique. Il va d’ailleurs au-delà de la simple firme Amazon. Celle-ci, tout comme les entreprises qui l’imitent, est très dépendante d’internet. Or le développement du commerce en ligne est une catastrophe sur le plan écologique, qu’il s’agisse de la hausse de consommation électrique engendrée par un usage constant d’internet, ou de la hausse de consommation de carburant qui se cache derrière la promesse de «mettre le monde à votre porte». Les GAFA sont désormais parmi les grands pollueurs mondiaux.

    Couper des rubans plutôt que de se préoccuper des commerces de proximité

    Mais le désastre est aussi social. Le modèle économique d’Amazon repose sur une baisse constante des coûts. On estime que pour un emploi créé par l’entreprise de Jeff Bezos, deux emplois sont détruits dans le secteur commercial. Les salariés d’Amazon, dont de nombreux intérimaires, enchaînent des tâches cadencées par les algorithmes de leurs scanners.

    Dans les nouveaux entrepôts, ils deviennent de simples auxiliaires des quelques 100.000 robots de préparation des commandes. Douze ans après l’ouverture de son premier entrepôt français à Saran (Loiret), Amazon a inauguré, en présence du secrétaire d’État au numérique Cédric O, un entrepôt géant équipé de 4.000 robots à Brétigny-sur-Orge, dans l’Essonne. De nouveaux sites doivent voir le jour à Fournès, dans le Gard, et près de Metz en Moselle.

    Ainsi, la firme de Seattle cible des bassins d’emploi sinistrés pour s’implanter à moindre frais. Mais les emplois promis par Amazon conduisent à l’aveuglement des élus et des membres des gouvernements, qui préfèrent couper des rubans plutôt que de s’interroger sur la disparition de milliers de commerces de proximité, pourvoyeurs d’emplois et de lien social partout en France.

    Quand Amazon fait annuler une taxe en faveur des sans-abris

    Enfin, il y a un désastre fiscal, qui fait partie du modèle même des GAFA, et qui est particulièrement évident avec Amazon. Échapper à l’impôt et aux contraintes légales est une véritable obsession pour son patron Jeff Bezos. En bonne multinationale, Amazon déclare artificiellement ses profits dans des paradis fiscaux comme le Luxembourg, en Europe, ou le Delaware aux États-Unis, un État fédéré connu pour sa législation fiscale particulièrement… «accommodante». En France, Amazon a annoncé unilatéralement qu’elle répercuterait la modique taxe GAFA sur ses fournisseurs. Ce sont donc eux, et non la plateforme, qui devront en assumer le coût. À Seattle, la ville de son siège, Amazon est allé jusqu’à faire annuler une taxe sur les multinationales en faveur des sans-abris, pourtant votée à l’unanimité par le conseil municipal.

    On le voit, derrière l'apparente modernité des GAFA, c'est un monde ancien qui transparaît, et qui n'est pas sans rappeler le XIXe siècle: celui d'un capitalisme sauvage et sans principes, bref celui des «barons-brigands» américains.

    Abonnez-vous au podcast de Russeurope Express pour ne jamais manquer un épisode:

    Lire aussi:

    Un requin arrache une partie du bras d’un plongeur qui parvient à nager jusqu’à la côte – photos
    Une meute de loups entame une «chasse à l’homme» en Russie – vidéo
    «Les sanctions US contre le Nord Stream 2 frapperont la souveraineté de l'UE»
    Tags:
    GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon), Black Friday, Amazon, évasion fiscale, emploi, chômage, écologie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik