Economie
URL courte
27832
S'abonner

Huawei a présenté son Mate 30 Pro, un smartphone haut de gamme qui ne renferme aucun composant américain, une information confirmée par des spécialistes d'UBS et de l’entreprise japonaise Fomalhaut Techno Solutions qui ont démonté l’appareil pour identifier ses composants. Un analyste chinois commente la situation pour Sputnik.

Le nouveau fleuron de Huawei, le Mate 30 Pro, ne contient aucun composant américain. De plus, il est le tout premier smartphone de la marque chinoise sans aucun service mobile Google. Huawei est toujours sous embargo américain, dont le sursis a toutefois de nouveau été étendu jusqu'au 19 février 2020. Après avoir démonté le smartphone, Fomalhaut Techno Solutions et UBS ont constaté que tous les circuits intégrés (CI) étaient de fabrication chinoise ou européenne.

Aucun composant US à bord

«Je pense que la "guerre froide" technologique menée par les États-Unis est motivée politiquement et non économiquement. […] Par ailleurs, il s’agit, à mon avis, de rapports économiques entre deux États souverains que sont la Chine et les États-Unis. Il se peut que pour régler ce problème au niveau macroéconomique, il soit nécessaire de s’appuyer sur la force de l’État», a déclaré à Sputnik Zheng Anguang, spécialiste des relations internationales à l'Université de Nankin.

Il rappelle également que les États-Unis ne se gênent pas pour utiliser toute la puissance de leur machine d’État contre une entreprise privée, portant notamment sur leur «liste noire» Huawei, banni du marché américain sur décision de Donald Trump qui a d’ailleurs renouvelé récemment le sursis à l'embargo sur Huawei de 90 jours, jusqu'au 19 février 2020.

Huawei sous-évalué par les USA?

«Je ne pense toutefois pas que les États-Unis réussissent à contrôler totalement les exportations d’autres pays vers la Chine. Dans le développement de leurs relations économiques et commerciales, ces autres pays ajustent naturellement leur comportement à leurs propres intérêts. De très nombreux pays de par le monde entretiennent avec la Chine des liens économiques étroits que les États-Unis n’arriveront pas à rompre», résume l’expert.

Selon les observateurs, de toute évidence, la Maison-Blanche se rend compte un peu tard de la capacité de Huawei à s'adapter et à développer ses propres solutions. Huawei pourrait même en profiter pour proposer ses équivalents à d'autres fabricants, ce qui pourrait entraîner des pertes de parts de marché colossales pour certaines entreprises américaines.

Donald Trump a signé le 15 mai un décret interdisant d'utiliser du matériel de télécommunication fabriqué par des sociétés présentant un risque pour la sécurité nationale des États-Unis. Le décret interdit de fait aux groupes américains d’avoir affaire au groupe chinois Huawei, considéré comme le leader mondial des équipements 5G. Quoi qu’il en soit, le sursis à l'embargo sur Huawei est de nouveau étendu. Et c'est un renouvellement de 90 jours, courant jusqu'au 19 février 2020, qui a été prononcé fin novembre.

Lire aussi:

Ces bonnes habitudes à prendre pour perdre du poids, selon une nutritionniste
Didier Raoult interpelle l'OMS sur le remdesivir et en dénonce les effets secondaires
«Je vais te venger»: la promesse de la femme du chauffeur tabassé jusqu’à la mort cérébrale à Bayonne
De mystérieux objets célestes circulaires intriguent des astronomes
Tags:
smartphones, Huawei, États-Unis, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook