Economie
URL courte
Par
4018918
S'abonner

Un récent rapport du Centre de recherche géologique de Finlande avertit que si rien n’est fait, l’industrie pétrolière mondiale pourrait s’effondrer et entraîner avec elle l’économie du globe. Nicolas Meilhan, membre de l'Association pour l'étude des pics pétroliers et gaziers et du think tank Les Éconoclastes, livre son analyse à Sputnik France.

C’est un rapport qui commence à faire du bruit dans le monde économique. Le scientifique Simon Michaux a réalisé une étude pour le Centre de recherche géologique de Finlande (GTK), organisation dépendant du ministère des Affaires économiques et de l'Emploi finlandais. Il tire la sonnette d’alarme concernant un possible effondrement de l’économie mondiale. En cause? Une industrie pétrolière qui, selon lui, risque prochainement de battre de l’aile. Il note que la crise économique de 2008 avait notamment été causée par l’atteinte d’un plafond de production de l’or noir en 2005. Un événement qui avait conduit à une augmentation du prix du brut. Par ricochet, la dette globale avait alors augmenté, la rendant difficile à soutenir.

Simon Michaux assure que ce risque existe encore aujourd’hui mais que la politique d’assouplissement quantitatif, ou «quantitative easing» dans la langue de Shakespeare, des banques centrales le rend supportable pour le moment. Depuis la crise de 2008, de nombreuses banques centrales à travers la planète –Réserve fédérale américaine (Fed), Banque centrale européenne (BCE) et Banque du Japon (BoJ) en tête– ont mené à plusieurs reprises une vaste politique de rachats d’actifs afin de soutenir l’économique par le biais de la création monétaire. En d’autres termes: la planche à billets.

D’après l’auteur du rapport, le fait que les États-Unis soient devenus les premiers producteurs de pétrole au monde grâce à l’huile de schiste et la fracturation hydraulique a contribué à compenser la stagnation de la production d’or noir dans les pays de l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole). Mais Simon Michaux note que l’huile de schiste alimente une bulle spéculative, sans parler de ses coûts de production élevés qui pourraient mettre à mal une industrie pétrolière américaine déjà très endettée. De quoi poser la question légitime d’un possible pic de production du côté de l’Oncle Sam.

Il est d’ordinaire admis par les spécialistes que l’économie mondiale tangue sévèrement quand le baril de brut atteint les 100 dollars. À l’inverse, à moins de 54 dollars, la production nécessite l’endettement. C’est ce cadre préoccupant qui fait dire à Simon Michaux que le système risque d’exploser.

Il invite les décideurs mondiaux à prendre des mesures afin de repenser l’intégralité du système qu’il juge construit sur «une orgie de dettes». Si ce n’est pas le cas, il prévient: «L'alternative sera le conflit.»

Nicolas Meilhan, diplômé du célèbre Massachusetts Institute of Technology (MIT), membre de l'Association pour l'étude des pics pétrolier et gazier et du think tank Les Éconoclastes, livre son analyse à Sputnik France.

Sputnik France: Selon Simon Michaux, le risque de voir la production de pétrole atteindre un plafond est réel. Êtes-vous d’accord avec lui?

Nicolas Meilhan: «La production de pétrole conventionnel a atteint un maximum en 2008, selon l’Agence internationale de l’énergie, une organisation qui n’est pas l’ONG écolo-bobo du coin. Cela avait été anticipé dès la fin des années 1990 par l’ingénieur pétrolier Jean Laherrère et le géologue Colin Campbell. Ils étaient les auteurs en 1998 d’une publication scientifique intitulée The end of cheap oil. Ils expliquaient déjà que d’ici à dix ans, la production de pétrole peu cher allait atteindre un plateau. C’est arrivé en 2008. Il y a eu ensuite un petit shoot supplémentaire de production avec le pétrole non conventionnel, principalement le pétrole de roche-mère aux États-Unis et les sables bitumineux au Canada. Deux énergies dont l’exploitation a été permise par les politiques non conventionnelles des banques centrales qui ont mis beaucoup d’argent à la disposition des investisseurs, comme l’explique Simon Michaux. Ces politiques ont permis de financier des projets pas forcément rentables. Ce contexte a redonné un coup de fouet à la production avec notamment plusieurs bassins aux États-Unis, dont le bassin permien. Dès que ce dernier n’augmentera plus sa production, c’est au niveau mondial que cela risque de plafonner. La production globale de pétrole conventionnel et non conventionnel a atteint un maximum en novembre 2018 avec un peu plus de 84 millions de barils produits par jour, contre environ 80 aujourd’hui. Il est possible que la maximum ait été atteint et que l’on ne dépasse plus jamais ce niveau. Dans ce cas-là, le pic serait déjà derrière nous.»

Sputnik France: Les conséquences de l’atteinte de ce plafond seraient-elles aussi graves que l’affirme Simon Michaux?

Nicolas Meilhan: «Oui, car le pétrole est le sang de l’économie. Pas de pétrole pas de transport, donc beaucoup moins d’échanges et de commerce. Il existe une relation directe entre le produit intérieur brut (PIB) au niveau mondial, qui est l’indicateur utilisé pour mesurer la performance économique et la consommation de pétrole: plus de pétrole plus de PIB, moins de pétrole moins de PIB. C’est aussi simple que cela. Et qui dit moins de PIB dit moins de croissance. Or, le système financier a besoin de croissance pour payer les intérêts de ses dettes. Une contrainte sur la disponibilité de pétrole crée une contrainte sur l’économie qui est susceptible d’aboutir à un effondrement du système financier.»

Sputnik France: Comment la politique d’assouplissement quantitatif des banques centrales influe-t-elle sur les prix du pétrole?

Nicolas Meilhan: «De deux façons. Pour commencer, le prix du pétrole est très lié à la valeur du dollar. Quand la Fed se livre à un assouplissement quantitatif, cela a tendance à faire baisser la valeur du billet vert ce qui, mécaniquement, fait augmenter les prix du baril en dollars. Deuxièmement, l’injection d’une grande quantité de liquidités dans le système financier a permis de développer les investissements dans le pétrole de roche-mère américain et donc d’ajouter une nouvelle offre sur le marché qui a fait baisser les prix. On voit comment ces politiques peuvent influencer les prix du brut de deux manières différentes.»

Sputnik France: Simon Michaux lance un avertissement empreint de gravité. Selon lui, si l’entièreté du système économique mondial n’est pas revue, «l’alternative sera le conflit». Comment jugez-vous ce risque? 

Nicolas Meilhan: «Il suffit de regarder ce qui s’est passé en France ces derniers mois avec la plus grave crise sociale qu’ait connue le pays ces vingt dernières années. Elle n’est pas due au pétrole mais il a eu un rôle déclencheur avec la hausse du prix des carburants. Si les gens ne peuvent plus assumer financièrement leurs déplacements, cela crée un problème. Une éventuelle contrainte sur la disponibilité de pétrole qui se répercuterait sur le prix pourrait donner lieu à une crise des Gilets jaunes puissance 10. Il est certain qu’un manque d’anticipation et d’organisation afin d’aider ceux qui ont le plus besoin de pétrole à s’en passer créera des problèmes.» 

Lire aussi:

Il aurait cambriolé au moins 42 logements en utilisant cette technique particulière
Selon le Pr. Raoult, «le Lancet demande des comptes aux auteurs» de l’étude publiée
Défaut de paiement, un «désastre à grande échelle» à venir aux États-Unis
Tags:
krach financier, pétrole, crise économique, économie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook