Economie
URL courte
Par
Propagation du coronavirus dépisté en Chine - 2020 (672)
16386
S'abonner

Après avoir mis en garde contre les risques que fait peser l’épidémie de coronavirus sur la croissance de la zone euro, Bruxelles se montre finalement rassurante. Méthode Coué? Charles Gave, président de l’Institut des Libertés, analyse pour Sputnik l’impact que pourrait avoir le drame sanitaire qui frappe la Chine sur l’économie européenne.

Plus de 2.000 morts, une Organisation mondiale de la santé qui se veut rassurante et une Union européenne qui souffle le chaud et le froid. Un tableau complexe pour une épidémie de coronavirus génératrice de conséquences sanitaires, mais également économiques.

Le 17 février, Mario Centeno, président de l’Eurogroupe, institution réunissant les 19 ministres des Finances de la zone euro, s’est montré rassurant. Il a dit s’attendre à un impact «temporaire» du nouveau coronavirus sur la croissance européenne. «Nous surveillons la situation», a assuré le Portugais, tandis que son homologue italien Roberto Gualtieri a affirmé que l’Eurogroupe était «prudent» dans ses estimations. D’après lui, il est nécessaire de connaître précisément à quel point l’Empire du Milieu sera impacté par l’épidémie. Si cela se limite «à quelques décimales de PIB», l’effet serait très limité sur l’Europe, d’après Roberto Gualtieri. Dans le cas contraire, la facture pourrait être plus salée.

Selon la Deutsche Bank, l’impact estimé de l’épidémie de coronavirus sur la croissance de la Chine au premier trimestre sera de -1,5% et de -0,1% pour la zone euro.

La Commission européenne avertissait le 13 février que le drame sanitaire qui frappe la Chine depuis plusieurs semaines est susceptible d’impacter négativement la croissance en zone euro:

«L’apparition et la propagation du coronavirus et son impact sur la santé publique, les vies humaines et l’activité économique sont une source de préoccupation croissante.»

D’après l’instance bruxelloise, «la durée de l’épidémie et les mesures de confinement adoptées» constituent «un risque majeur» car une propagation globale pourrait rapidement perturber «la chaîne de valeur mondiale». Et donc l’Europe. Un avis partagé par Charles Gave, financier et président de l’Institut des Libertés. D’après lui, ce sont les chaînes de production qui sont la principale source d’inquiétude.

Sputnik France: Faut-il s’inquiéter pour l’économie de la zone euro?

Charles Gave: «Il faut certainement s’inquiéter pour l’économie de l’Allemagne, au regard de l’importance de ses exportations vers la Chine. Pékin est le premier partenaire commercial de Berlin.»

Sputnik France: Bruxelles attend de connaître l’impact de l’épidémie de coronavirus sur la croissance chinoise avant de se prononcer sur celui qu’elle aura sur l’économie de la zone euro. Un bon calcul?

Charles Gave: «La vraie question se pose au niveau des chaînes de production. Nous vivons dans un monde mondialisé. Prenez un téléphone Apple par exemple. Il est composé de pièces venant de nombreux pays, dont la Chine. Il est évident que si un composant important est fabriqué dans une usine qui est à l’arrêt, votre téléphone ne pourra être construit. Le problème ne concerne pas tellement la baisse de l’activité en Chine, mais bien les chaînes de production qui sont totalement mondialisées, à flux tendu avec peu de stock et qui risquent de s’enrayer.»

Sputnik France: Quid de la France? Elle qui est une leader de l’industrie du luxe, dont la Chine est un grand client, sans parler du fait que l’Hexagone est une destination très prisée des touristes chinois…

Charles Gave: «La France en souffrira. Mais les sacs Louis Vuitton ne sont pas faits en Chine et n’ont pas besoin de matériel qui vient de Chine pour être fabriqués. Nous constaterons peut-être un ralentissement des ventes, mais la production ne cessera pas. Même chose concernant les bouteilles de parfum. Et nous pouvons raisonnablement penser que les touristes chinois pourront toujours prendre des avions pour venir chez nous, même s’ils le font en moins grand nombre.»

Sputnik France: Un secteur risque-t-il d’être particulièrement touché?

Charles Gave: «L’industrie électronique est particulièrement concernée. Si vous avez besoin d’un semi-conducteur fabriqué par Huawei et que l’usine de Huawei est à l’arrêt, eh bien, vous n’avez pas votre produit. Le sac Louis Vuitton ne sera peut-être pas vendu aujourd’hui, mais il le sera demain.»

Sputnik France: Si l’épidémie de coronavirus s’aggrave, représente-t-elle un véritable danger pour l’économie mondiale?

Charles Gave: «Il existe un vrai danger concernant l’industrie mondiale. C’est absolument certain. Dès le moment où les chaînes de production sont impactées, la situation de l’industrie deviendra très délicate. Cela me paraît évident.»

Dossier:
Propagation du coronavirus dépisté en Chine - 2020 (672)

Lire aussi:

«Comportement de racailles»: deux maîtres-nageurs agressés et jetés dans une piscine de Melun
Trump explique ce qu’il considère comme «le plus gros problème dans le monde», la Russie impliquée
Un garde-pêche roué de coups et blessé à l’œil par des jeunes qui fumaient une chicha
Historique: le PSG se qualifie pour les demi-finales de la Ligue des champions pour la 1ère fois depuis 1995 - vidéos
Tags:
crise économique, économie, Covid-19, Charles Gave
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook