Economie
URL courte
Par
44714
S'abonner

De plus en plus d'experts voient dans l'épidémie de coronavirus un élément à même de faire dérailler l'économie mondiale. C'est notamment le cas d’Éric Galiègue, président de Valquant Expertyse, qui va jusqu'à parler de «cygne noir».

«Nous sommes bien face à un "cygne noir", un événement très peu probable et totalement imprévisible, qui peut avoir des répercussions dramatiques sur les sphères réelle et financière.»

L'expression est connue des initiés du monde de la finance et Éric Galiègue, président de Valquant Expertyse, l'a, dans une chronique pour le site Boursorama, appliquée à l'épidémie de coronavirus qui frappe la planète. A 9h, heure française, le bilan quotidien de l'AFP faisait état de 95.371 cas, dont 3.284 décès, dans 84 pays et territoires. Ce sont pas moins d'environ 300 millions d'élèves qui sont actuellement privés d'école dans le monde. En Italie par exemple, toutes les écoles et universités seront fermées du 5 au 15 mars. En Chine, de nombreuses usines restent portes closes. Le secteur du transport aérien, lui, est fortement touché à travers toute la planète.

De nombreux experts s'inquiètent concernant les chaînes d'approvisionnement à l'échelle planétaire et craignent des pénuries de masse. En Europe, l'industrie automobile commence à sérieusement faire les frais de l'épidémie de coronavirus avec un recul de 11% des immatriculations de voitures neuves en février en Allemagne.

La Fed intervient, quid de la BCE?

Un cocktail explosif qui pèse fortement sur les marchés. La semaine du 24 février a été la plus désastreuse depuis la crise de 2008 pour les Bourses mondiales. Depuis le 2 mars, le bilan est mitigé. Si Wall Street a pu profiter d'un spectaculaire rebond le 4 mars, la Bourse de Paris évoluait dans le rouge aux alentours de 16h ce 5 mars, cédant plus de 2%.

Les marchés américains ont sûrement étaient rassurés par la décision prise par la Réserve fédérale américaine (Fed) de baisser ses taux de 50 points deux semaines avant sa prochaine réunion monétaire. L'Australie, la Malaisie ou Hong Kong ont pris des mesures similaires. Du côté de Francfort et de la Banque centrale européenne (BCE), on devrait assister à un recul du taux de dépôt de 10 points de base la semaine prochaine, ce qui le porterait à -0,6%.

«Il semble que les récentes mesures annoncées par les banques centrales, mais également par les gouvernements, aient permis une accalmie temporaire sur les marchés. Cette hausse ne traduit certainement pas un retour de la confiance en l'avenir mais reflète plutôt des rachats à bon compte après des semaines de baisse», explique une note d'analystes de Saxo Banque citée par l'agence Reuters.

Rien ne serait donc réglé. Éric Galiègue fait un parallèle avec la crise de 2008, toujours sur le site de Boursorama: «L'analogie avec la crise de 2008 nous semble possible. En effet, dans les deux cas, nous assistons à un arrêt de l'économie, pas à une récession. En 2008, le dysfonctionnement des marchés monétaires avait créé un arrêt de l'activité économique. Heureusement, cet arrêt a été de courte durée parce que les banques centrales et les États avaient pris les bonnes décisions

Des marges de manœuvre en question

Mais les banques centrales ont-elles encore les moyens d'agir efficacement? L'enchaînement de politiques ultra accommodantes depuis la crise de 2008 a fait fortement chuter leurs marges de manœuvre.

Un tableau que dépeignait récemment auprès de Sputnik l'économiste et chroniqueur pour Or.fr Philippe Herlin:

«Elles sont coincées avec des politiques de taux faibles, voire de taux zéro ou même négatifs. Prenez la Réserve fédérale américaine. Après avoir remonté ses taux à plusieurs reprises, dans l’esprit de revenir à une certaine normalité, elle les a baissés à nouveau. Elle a de plus relancé un programme d’assouplissement quantitatif [quantitative easing, ndlr] déguisé, en injectant massivement des liquidités sur le marché interbancaire, ce qu’on appelle la crise du marché Repo. Est-ce une banque américaine en difficulté, est-ce une filiale américaine d’une banque européenne? L’explication la plus avancée est que l’émission de dette américaine atteint de tels niveaux que le marché a du mal à l’absorber. La Fed serait donc obligée de venir en soutien. Nous ne savons pas trop ce qu’il se passe, mais il y a des inquiétudes. Tout cela sans parler de la Banque centrale européenne qui n’envisage même pas de remonter les taux et continue avec des taux zéro, voire négatifs. Elle a même relancé un quantitative easing juste avant le départ de Mario Draghi, avec 20 milliards d’euros mensuels injectés dans l’économie.»

Comment faire pour que le coronavirus ne fasse pas tousser gravement l'économie mondiale? «Ce qu'il faut éviter prioritairement, ce sont les faillites d'entreprises que l'arrêt d'activité va automatiquement causer. Cela permettrait d'éviter la transmission de la crise économique à la sphère financière, via les défauts d'obligations émises par les entreprises», explique Éric Galiègue sur le site de Boursorama.

Le président de Valquant Expertyse pense notamment à une sorte de programme d'assouplissement quantitatif destiné aux entreprises:

«Le schéma d'un "Quantative easing for corporate" consisterait en un dispositif de financement d'exploitation automatique, sur première demande de toute entreprise, consenti par les banques commerciales et refinancé tout aussi automatiquement auprès de la banque centrale. L'objectif de ce dispositif serait d'éviter le défaut de paiement des entreprises, confrontées à un contexte d'arrêt économique voulu par les mesures sanitaires prises par les autorités.»

Une mesure qui pourrait être risquée, comme le note l'expert, toujours sur le site de Boursorama: «Ce dispositif est contre nature puisqu'il vient financer des entreprises en difficulté potentielle, et non financer leur croissance. Seules les banques centrales peuvent assumer un tel risque, que les banques commerciales cherchent évidemment à éviter.»

En attendant, partout à travers la planète, des entreprises souffrent des conséquences de l'épidémie. À Cannes, deuxième ville de congrès en France après Paris et qui a vu plusieurs événements d'importance reportés, le maire David Lisnard a poussé un cri d'alerte à travers un communiqué:

«La priorité absolue est de protéger la santé de la population [...] Mais parallèlement, il est urgent de prendre des dispositions adéquates et immédiates pour préserver les emplois et soutenir les entreprises dans cet épisode aux lourdes conséquences financières.»

Lire aussi:

L'armée américaine se préparerait à frapper l'Iran, selon un spécialiste israélien
Trump va-t-il bombarder l’Iran pour éviter un nouvel accord nucléaire avec Biden?
Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Tags:
crise économique, krach financier, crise financière, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook