Economie
URL courte
Conséquences économiques du coronavirus - avril (37)
14917
S'abonner

En raison de la pandémie due au coronavirus, le nombre d’entreprises et d’associations ayant placé leurs employés au chômage partiel est de 700.000, soit quelque 8 millions de salariés, informe l’AFP, se référant à la ministre française du Travail. Le 8 avril, il en était question pour 6,3 millions.

Le recours au chômage partiel a été demandé par 700.000 entreprises et associations pour 8 millions de salariés, soit 3 millions de plus en une semaine, un nouveau record, a annoncé samedi11 avril la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, sur son compte Twitter.

«À ce jour, 8 millions de salariés et plus de 700.000 entreprises bénéficient du chômage partiel», a-t-elle tweeté.

Ce chiffre représente «plus d'un salarié du secteur privé sur trois», a ajouté la ministre.

En une semaine, trois millions de salariés supplémentaires sont entrés dans ce dispositif mis en place pour aider les entreprises affectées par la crise du coronavirus et le confinement.

Coût de 20 milliards d’euros

Le dispositif du chômage partiel permet au salarié d'être indemnisé à hauteur de 70% du salaire brut et 84% du salaire net.

Son coût, partagé entre l'État et l'Unédic, l'organisme qui gère l'assurance chômage, «sera très important, de plus de 20 milliards d'euros», avait indiqué vendredi 10 avril sur RMC et BFMTV Mme Pénicaud, estimant que c'était «un investissement qui valait la peine» car il évitait des licenciements massifs.

Dossier:
Conséquences économiques du coronavirus - avril (37)

Lire aussi:

Ce propriétaire d’hôtel avait loué une chambre à Xavier Dupont de Ligonnès la première nuit de sa cavale
La première adjointe à la mairie de Marseille dément avoir participé à des dîners clandestins
Des médecins avouent avoir vacciné des moins de 55 ans à l’AstraZeneca malgré une recommandation contraire
Pourquoi Véran a-t-il autorisé l’allongement du délai entre les deux doses des vaccins Moderna et Pfizer?
Tags:
chômage, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook