Economie
URL courte
275852
S'abonner

Les producteurs de pétrole de l’OPEP+ sont parvenus à un accord «historique» qui implique notamment une réduction de la production mondiale de pétrole de près de 10 millions de barils par jour à partir du 1er mai.

Une baisse de l’offre pétrolière mondiale de près de 10 millions de barils par jour a été décidée par les pays de l’OPEP+, a écrit sur Twitter le ministre koweïtien du Pétrole, de l'Électricité et de l'Eau Essam Abdul Mohsen Al-Marzouq. Elle sera mise en place à partir du 1er mai. Le ministre a fait cette annonce suite à une vidéoconférence tenue par les représentants des pays ce dimanche 12 avril.

​«Nous annonçons un accord historique visant à réduire la production de pétrole des membres de l'OPEP+ d'environ 10 millions de barils par jour à partir du 1er mai 2020», a-t-il écrit.

Le ministère iranien du Pétrole a par la suite précisé que les membres du groupe avaient convenu de réduire de 9,7 millions de barils par jour la production de pétrole en mai et en juin.

Les pays de l'OPEP+ réduiront leur production de huit millions de barils par jour au deuxième semestre de 2020, selon le ministre iranien du Pétrole Bijan Zanganeh.

«En mai et juin, la réduction sera d'environ 10 millions de barils par jour. Au cours des six prochains mois, c'est-à-dire jusqu'à la fin de l'année, huit millions de barils. Pendant les 16 mois suivants, jusqu'en avril 2022, six millions de barils par jour», indique l'agence iranienne Shana.

Au total, le groupe espère que la production diminuera de 19 millions de barils par jour à partir de début mai. Cela tient compte d'autres producteurs de pétrole, dont les États-Unis, le Canada et la Norvège, a détaillé une source à Sputnik.

Le ministre russe de l'Énergie fait la lumière sur les conditions de l'accord pour Moscou

Dans le cadre du nouvel accord, la Russie baissera en mai et juin son volume d'extraction de pétrole de 2,5 millions de barils par jour, sur les 9,7 mentionnés, a déclaré le ministre de l'Énergie Alexandre Novak.

Et d'ajouter que pour base la Russie avait accepté un volume de 11 millions de barils par jour.

Le Mexique participe

Le Mexique, qui avait auparavant empêché l'OPEP+ de conclure un accord, a confirmé sa participation à l’entente.

Comme annoncé plus tôt, le pays réduirait sa production de 100.000 barils et les États-Unis prendraient une partie des engagements mexicains et réduiraient leur production de 300.000 barils.

Toutefois, il n'est pas clair pour l’heure de savoir comment se poursuivra la réduction de la production du Mexique après juin.

Chute brutale des prix du pétrole

Au cours du mois de mars, les cours de l'or noir ont flanché, descendant à leurs plus bas de ces 17 à 18 dernières années.

Cette chute est partiellement due au coronavirus qui n’est pas resté sans effet sur la demande sur les hydrocarbures. L’absence d’un consensus parmi les membres de l’OPEP+ a également ébranlé le marché, l’Arabie saoudite a rejeté la proposition de Moscou de maintenir les volumes actuels d’extraction, insistant sur une baisse.

En l’absence d’accord, Riyad a au contraire dopé sa production et a annoncé une baisse des prix ce qui a fait s’effondrer les cours.

Lire aussi:

Violent incendie en cours dans un entrepôt à Aubervilliers, la fumée visible depuis Paris - images
Valls ministre des Affaires étrangères? Une note secrète dévoilée par Marianne évoque un possible remaniement
Deux policiers US poussent un homme de 75 ans qui finit en sang sur le trottoir – vidéo choc
Tags:
économie, baril, OPEP, pétrole
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook