Economie
URL courte
597
S'abonner

Après la crise, il ne faut pas s’attendre à une rapide augmentation de la demande de pétrole, selon le ministre russe de l’Énergie, qui estime que les gens apprécieront les méthodes de travail qu’ils ont adoptées lors du confinement et resteront plus en contact virtuellement.

La demande de pétrole dans le monde augmentera à un rythme plus faible qu’avant l’épidémie actuelle, a estimé le ministre russe de l'Énergie Alexandre Novak à la télévision russe ce dimanche 12 avril.

«La consommation et l'augmentation de la demande seront plus lentes qu'avant la crise», a-t-il souligné.

Par la suite, il a expliqué que la reprise de la demande «ne sera pas aussi rapide» qu’avant la crise, car les gens comprendront lors du confinement qu’il est possible de se déplacer moins en restant en contact en ligne.

«En période de crise, tout le monde a compris que pour mener des réunions, par exemple, ou être en contact, il n’est pas nécessaire de voler, de voyager, mais il est possible de tout faire par vidéoconférence. Nous avons compris que nous pouvons faire cela de façon beaucoup plus productive aujourd’hui», a-t-il résumé.

Un nouvel accord de l’OPEP+

Ce 12 avril, les pays de l’OPEP et leurs partenaires sont arrivés à un accord afin de réduire la production mondiale de pétrole en commençant par une baisse de 10 millions de barils par jour en mai et juin de cette année.

Lire aussi:

Décès d'Olivier Dassault dans le crash de son hélicoptère
Attaque au couteau en pleine journée en Corse, plusieurs blessés
Plusieurs explosions en Guinée équatoriale font des centaines de blessés et de nombreux morts – images
Ayant accusé son professeur Samuel Paty d’islamophobie, une élève avoue avoir menti
Tags:
économie, crise, pétrole
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook