Economie
URL courte
1251
S'abonner

Dans le contexte actuel concernant les prix sur le marché, l’entreprise française Total planifie d’annuler un certain nombre de livraisons d’été de gaz naturel liquéfié des États-Unis, a indiqué le PDG de l’entreprise. L’augmentation des investissements dans de nouveaux projets aux États-Unis n’est pas en outre au menu.

L’entreprise pétrolière et gazière française Total, dans les conditions actuelles des prix sur le marché, planifie de réduire le nombre de livraisons d'été de gaz naturel liquéfié (GNL) des États-Unis et ne prévoit pas d’augmenter ses investissements dans les projets américains liés au GNL, rapporte l’agence Prime qui se réfère aux propos tenus par le PDG de Total Patrick Pouyanné lors d'une conférence téléphonique des investisseurs.

Puits de pétrole dans le désert
© AP Photo / Hasan Jamali / Puits de pétrole dans le désert

Interrogé sur des marges négatives d'approvisionnement de gaz naturel liquéfié en provenance des États-Unis et de la méfiance de l'entreprise quant à l'augmentation des investissements dans les projets américains, il a expliqué que Total était influencé par les prix d'Henry Hub, un centre de distribution de gaz naturel situé en Louisiane, et que l’entreprise annulait certaines livraisons l'été afin de limiter les pertes.

En outre, Patrick Pouyanné a précisé que la compagnie continuait à travailler sur le projet Energia Costa Azul LNG au Mexique parce qu'il est situé sur la côte pacifique. Selon lui, dans sa collaboration avec l’entreprise américaine Sempra, Total voit une grande valeur dans ce projet.

«Non» aux autres projets

En ce qui concerne les autres projets, Patrick Pouyanné y a mis un «non» ferme, en soulignant que la priorité de l’entreprise actuellement n'était pas d'augmenter les investissements dans de nouveaux projets aux États-Unis. 

Le PDG a rappelé que Total avait un projet d'expansion de Cameron LNG en collaboration avec Sempra qui est toujours en cours. Alors que pour de nouveaux projets comme un avec Tellurian, une société de gaz naturel américaine, il n'y a aucune raison de les démarrer, estime le patron de Total, cité par l’agence.

Lire aussi:

Pfizer n'est «pas certain» que son vaccin stoppe la transmission du Covid-19
L’organisateur de l’orgie gay ayant accueilli l’eurodéputé hongrois livre des détails de la soirée
Présidence de Joe Biden: «Avec la Russie, il y aura un effort d’engagement»
Tags:
France, gaz, pétrole, économie, Total
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook