Economie
URL courte
128313
S'abonner

Face à la pandémie, la fortune de Bernard Arnault, PDG de LVMH et homme le plus riche d’Europe, a diminué de 30 milliards de dollars depuis le début de l’année, ce qui fait de lui le plus gros perdant de la pandémie actuelle en termes financiers, selon le Bloomberg Billionaires Index.

L’économie mondiale tournant au ralenti depuis le début de la pandémie, de nombreux hommes d’affaires essuient de lourdes pertes. Selon le Bloomberg Billionaires Index, classement quotidien des personnes les plus riches du monde, c’est le Français Bernard Arnault, désormais à la quatrième place, qui a perdu le plus d’argent lors de la crise actuelle.

Selon les chiffres de Bloomberg, depuis le début de l'année, le président-directeur général du groupe LVMH a subi des pertes financières pour un montant de 30 milliards de dollars, un record parmi les hommes d’affaires présents sur la liste. Les actions LVMH ont chuté de 19% cette année, détaille l’agence.

L’importance du marché chinois

LVMH ne perd pourtant pas espoir et compte surtout sur la demande des Chinois, qui, selon Jean-Jacques Guiony, directeur financier et membre du comité exécutif de LVMH, cité par Bloomberg, sont actuellement en train de reprendre de vieilles habitudes de consommation. «Lors d’une crise, beaucoup de gens disent que les choses ne seront plus jamais les mêmes, mais nous sommes toujours confiants», a déclaré Jean-Jacques Guiony dans une interview au média.

Ainsi, aujourd’hui l’avenir de l'industrie du luxe dépend en grande partie de la Chine, marché qui représente plus du tiers des ventes du secteur et les deux tiers de sa croissance ces dernières années, indique l'agence d'information financière.

Lire aussi:

Une fuite qui mettrait en cause John Kerry violant le secret défense? «C’est effectivement assez étrange»
Un immeuble ravagé par un spectaculaire incendie près de Lyon, 11 blessés – vidéos
«Tomber le masque d’ici la fin de l’été»: le «Monsieur vaccin» évoque la dernière étape de la sortie de l’épidémie
Tags:
pertes économiques, LVMH, Bernard Arnault
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook