Economie
URL courte
341336
S'abonner

Le géant chinois Huawei Technologies ne peut plus passer de nouvelles commandes chez le producteur de puces taïwanais TSMC après que les États-Unis ont interdit, usant de l’extraterritorialité, la vente de puces à Huawei par des entreprises étrangères utilisant des technologies américaines.

Taiwan Semiconductor Manufacturing (TSMC), l’un des plus importants producteurs de puces, a suspendu la signature de nouveaux contrats avec le groupe chinois Huawei Technologies pour lequel il produit les processeurs Kirin, suite à une nouvelle interdiction du département américain du Commerce, a annoncé lundi 18 mai le magazine Nikkei Asian Review.

«TSMC a cessé de prendre de nouvelles commandes de Huawei après l'annonce du nouveau changement de règles […]. Mais les contrats en cours de réalisation et les commandes que TSMC a reçues avant cette nouvelle interdiction ne sont pas affectés et pourraient être réalisés si ces puces peuvent être expédiées avant la mi-septembre», a indiqué le journal, se fiant à une de ses sources.

Huawei face à l’exterritorialité du droit américain

Le département américain du Commerce a déclaré vendredi 15 mai que tous les producteurs de puces basés hors des États-Unis, qui utilisent des technologies, logiciels ou équipements américains auront 120 jours pour demander une licence pour vendre leurs puces.

Huawei, image d'illustration
© Sputnik . Алехандро Мартинез Велез
Cela rend impossible les relations commerciales avec les entreprises figurant sur la liste noire et notamment avec Huawei, leader en technologie 5G, qui est sous le coup de sanctions américaines depuis mai 2019.

«C'est une décision difficile pour TSMC car Huawei est le deuxième plus grand client de l'entreprise, mais le fabricant de puces doit suivre les règles américaines», a expliqué une autre personne proche du dossier dont les propos ont été repris par Nikkei Asian Review.

Selon cette dernière, Huawei s'appuie fortement sur TSMC pour fabriquer les processeurs de ses smartphones phares. La société taïwanaise, qui produit également des processeurs pour l’intelligence artificielle et des puces de réseau pour Huawei, était considérée comme une bouée de sauvetage pour la société chinoise dans ses efforts pour résister aux pressions américaines, note le magazine.

Réaction de Pékin

La réaction des autorités chinoises aux nouvelle règles américaines a été très rapide.

Les autorités chinoises pourraient notamment suspendre l’achat d’avions à Boeing, restreindre les activités de sociétés comme Qualcomm, Cisco et Apple ou lancer des enquêtes contre ces sociétés conformément aux lois chinoises anti-monopole et sur la cybersécurité, selon le journal Global Times qui se réfère à une source proche du gouvernement chinois.

Lire aussi:

Trump annonce que son pays met fin à ses relations avec l'OMS
«Nous nous dirigeons vers un drame économique et social inédit» en France
Des chasseurs russes interceptent deux bombardiers américains au-dessus de la mer Noire
Tags:
Taiwan Semiconductor Manufacturing (TSMC), puce électronique, extraterritorialité, États-Unis, Huawei
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook