Economie
URL courte
Conséquences économiques du coronavirus (2020) (64)
114616
S'abonner

La crise due au Covid-19 aura des conséquences sur le taux de natalité aux États-Unis, ce qui se répercutera évidemment sur l’économie nationale, estiment des chercheurs cités par Bloomberg.

Une fois la pandémie de Covid-19 passée, la baisse du taux de natalité aux États-Unis jalonnera de nouveaux obstacles le chemin de l’économie américaine, rapporte l’agence de presse Bloomberg.

Selon les chiffres du Guttmacher Institute cités par le groupe de médias, l’indice synthétique de fécondité aux États-Unis est passé de 2,1 à 1,7 enfant par femme ces dernières années. De plus, 34% des Américaines souhaitent reporter leurs grossesses ou avoir moins d’enfants en raison de la crise sanitaire.

Naissances en forte baisse

Les analystes de la Brookings Institution partagent également ces sombres prévisions: d’après leurs estimations, l’année prochaine, il y aura aux États-Unis 500.000 naissances de moins que n’en attendaient les démographes.

Avec les 150.000 victimes du coronavirus dans le pays, cette baisse aura des effets à long terme sur l’économie américaine qui perdra ainsi un important nombre de consommateurs, de travailleurs et de contribuables.

Les États-Unis sont de loin le pays le plus frappé par la pandémie avec plus de 4,3 millions de contaminations et près de 150.000 décès liés au Covid-19. À l’échelle mondiale, plus de 16,5 millions de personnes ont contracté la maladie et plus de 650.000 en sont décédées.

Dossier:
Conséquences économiques du coronavirus (2020) (64)

Lire aussi:

Le chef du Conseil scientifique prévient du risque d'une situation extrêmement difficile dès la mi-mars en France
La France recense le plus grand nombre journalier d’admissions en réanimation depuis début novembre
Une voiture de police percute une foule de spectateurs à un rodéo nocturne et roule sur une personne - vidéos
Emmanuel Macron pourrait annoncer le 3e confinement ce mercredi, selon le JDD
Tags:
natalité, Covid-19, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook