Economie
URL courte
331105
S'abonner

La compagnie pétrolière Saudi Aramco, détenue majoritairement par l'État saoudien, accuse une chute vertigineuse de ses bénéfices. La baisse des prix et la réduction de la production ont affecté son chiffre d’affaires.

Le géant du pétrole saoudien Saudi Aramco a annoncé des recettes en très nette baisse pour le deuxième trimestre 2020.

La publication des résultats financiers révèle en effet une chute de 73,4% des bénéfices, comparé à la même période l’an dernier. La compagnie a ainsi fait un bénéfice net de 6,6 milliards de dollars pour avril-juin 20020 (environ 5,6 milliards d’euros), contre 24,7 milliards de dollars pour avril-juin 2019.

Globalement, sur la première moitié de l’année, les bénéfices ont diminué de 50%, pour la compagnie pétrolière.

Saudi Aramco a en outre été détrôné du rang de plus forte capitalisation boursière mondiale par Apple. Une première depuis l’entrée en bourse du géant saoudien, en décembre.                                   

Baisse des prix et de la production

Dans le sillage de la crise sanitaire, l’Arabie saoudite a vu ses revenus pétroliers fortement affectés par la baisse des prix. 

Le baril est même passé en dessous des 20 dollars en avril, son niveau le plus bas depuis deux décennies, selon l’AFP.

Les restrictions sur la production ont également affecté l’industrie pétrolière saoudienne. Face à la chute de la demande, les membres de l’Opep+ s’étaient en effet mis d’accord en avril pour restreindre la production à 9,7 millions de barils par jour. La production saoudienne est elle-même tombée à 7,5 millions de barils par jour en juin, loin de sa moyenne de l'année dernière de 10 millions de barils par jour.

«Les turbulences liées à la réduction de la demande et à la baisse des prix du pétrole se reflètent sur nos résultats du deuxième trimestre», explique ainsi Amin Nasser, PDG de Saudi Aramco dans le communiqué du groupe.

D’autres géants du pétrole ont été fortement touchés par cette crise comme BP ou Shell, qui ont annoncé des réductions de dividendes. Une première depuis la Seconde Guerre mondiale pour la société anglo-néerlandaise.

Lire aussi:

Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
Christian Estrosi cible Olivier Véran et Jean-Michel Blanquer à propos de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Tags:
Arabie Saoudite, Royal Dutch Shell, Saudi Aramco, prix du pétrole, pétrole, OPEP
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook