Economie
URL courte
24656
S'abonner

Le dollar devrait être la meilleure monnaie refuge cette année malgré son plus bas niveau depuis 27 mois face à un panier de ses pairs, indique CNBC qui se réfère à des analystes de la banque Morgan Stanley.

Le dollar devrait être la meilleure monnaie refuge cette année car la baisse des taux d'intérêt aux États-Unis en fait une source de financement plus attrayante pour les opérations de portage, ont déclaré les analystes de la banque Morgan Stanley.

Le yen japonais et le franc suisse restent des paris relativement sûrs, a déclaré Morgan Stanley mardi, tout en choisissant le dollar américain comme la meilleure devise refuge au cours de la turbulente année 2020.

«Nous nous attendons à ce que le dollar américain soit la meilleure monnaie refuge, surtout alors que la baisse des taux américains en fait une devise de financement plus attractive pour les carry trades», ont écrit les analystes de la banque dans une note de recherche.

Les taux bas profitent

Ils estiment que les taux bas aux États-Unis créent des avantages pour les investisseurs et rendent le dollar plus attractif par rapport au yen et au franc suisse.

Ainsi les investisseurs peuvent emprunter dans une monnaie à faible rendement, comme l'est actuellement le dollar, pour financer des investissements dans des actifs à haut rendement afin de recevoir des intérêts. En période d'incertitude, les investisseurs peuvent retirer de l'argent de ces actifs à haut rendement et les retourner dans la monnaie empruntée, ce qui peut à son tour la renforcer.

Les analystes signalent cependant que les incertitudes politiques aux États-Unis contiennent des risques pour le dollar.

Lire aussi:

Rouée de coups et laissée nue en pleine nuit au bord de la route
Référendum climat: «Emmanuel Macron est le plus grand prestidigitateur qu’on ait eu depuis très longtemps»
Fiasco du vaccin français: «Nous assistons au dépérissement total de l’industrie française»
Tags:
yen, dollar US, Morgan Stanley
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook