Economie
URL courte
14184
S'abonner

La devise chinoise pourrait entrer d’ici 2030 dans le top 3 des monnaies de réserve, devançant ainsi le yen japonais et la livre britannique, selon un rapport de Morgan Stanley auquel se réfère CNBC. Grâce aux investissements étrangers dans l’économie chinoise, dans 10 ans le yuan pourra représenter jusqu’à 10% des réserves de change mondiales.

Dans 10 ans, le yuan chinois pourra devenir la troisième monnaie de réserve mondiale, se plaçant juste après le dollar et l’euro, à en croire le rapport de Morgan Stanley paru le 4 septembre. Alors que le yuan représente actuellement environ 2% des réserves de change, la part de la monnaie chinoise pourrait arriver à 5% ou 10% d'ici 2030, indique CNBC se référant au rapport de la banque américaine.

Sur ce plan, la devise chinoise dépassera le yen japonais ainsi que la livre britannique. Cette prévision correspond à celle faite par Morgan Stanley en février 2019, rappelle CNBC.

Investissements étrangers

Depuis 18 mois, la Chine a intensifié ses efforts visant à laisser entrer plus d'établissements financiers étrangers sur son marché national. Les investissements étrangers dans l’économie de l’empire du Milieu pourront atteindre trois milliards de dollars durant la prochaine décennie, indique le rapport. C’est grâce à eux qu’un tel progrès de la monnaie chinoise sera possible.

Pour James Lord, stratège international de Morgan Stanley cité par le média, l'objectif de 5% à 10% des réserves mondiales pour le yuan «n'est pas irréaliste», compte tenu de «l'ouverture des marchés financiers en Chine, de l'intégration croissante des marchés financiers transfrontaliers […] et de la proportion grandissante des transactions transfrontalières de la Chine qui se font en yuan».

Risques à prendre en compte

Le rapport désigne par ailleurs les risques pouvant empêcher la montée en puissance de la devise de la deuxième économie mondiale. Parmi eux figurent une ouverture plus lente que prévu des marchés financiers chinois aux investissements étrangers, la volatilité des marchés mondiaux ainsi qu’une éventuelle escalade des tensions entre la Chine et les États-Unis.

Lire aussi:

Pfizer n'est «pas certain» que son vaccin stoppe la transmission du Covid-19
Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
L’organisateur de l’orgie gay ayant accueilli l’eurodéputé hongrois livre des détails de la soirée
Tags:
économie, Morgan Stanley, investissements, Chine, yuan
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook