Economie
URL courte
Par
9362
S'abonner

Évoquant la dette publique russe qui devrait atteindre 21% du PIB au fil des trois prochaines années, l’ex-ministre russe des Finances et actuel président de la Cour des comptes Alexeï Koudrine a jugé que cette augmentation n’était «pas critique» pour l’économie du pays.

Pendant plusieurs années, la dette publique russe a suscité l'envie d'autres pays, et les prévisions de son augmentation pour les trois prochaines années à 21 % du PIB ne sont pas inquiétantes, selon le président de la Cour des comptes, qui l’a indiqué dans son article pour le média russe RBC.

«La dette publique était d'environ 13.500 milliards de roubles en 2019, soit 12,3 % du PIB. L'augmentation de la dette publique au cours d’une période de trois ans à 21 % du PIB n'est pas critique pour notre économie. Après le remboursement de la dette dans les années 2000, ce chiffre a été historiquement faible pendant plusieurs années consécutives et a été envié par d'autres gouvernements», a expliqué Alexeï Koudrine.

Il a également souligné que la Russie avait progressivement réduit sa dette publique, «afin qu'à un moment de crise son faible niveau soit une autre réserve du gouvernement».

L’évolution de la dette publique

Début 2020, la dette publique russe représentait 12,3 % du PIB. Selon la note explicative du projet de budget 2021 et de la période de planification 2022-2023 que Sputnik a pu consulter, elle passera à 20,3 % du PIB en 2021 puis à 20,8 % en 2022 et enfin à 21,3 % du PIB en 2023.

Lire aussi:

Il traite ses copains de «fils de porcs» dans le 93, sa mère refuse de s'excuser auprès de l'enseignant et l'insulte
L’Élysée dénonce les propos «inacceptables» d'Erdogan contre Macron
Erdogan appelle Macron à subir un «examen de santé mentale» vu son avis sur les musulmans de France
Un Toulousain diffuse la photo du professeur décapité et finit derrière les barreaux
Tags:
Russie, économie, dette publique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook