Economie
URL courte
Par
3810
S'abonner

Bruno Le Maire répète que les Français ne subiront pas de hausse d’impôts tant qu’il dirigera Bercy. Cette promesse, limitée dans le temps, est-elle vraiment tenable au regard de la situation de dépenses exceptionnelles à laquelle le pays fait face? L’exécutif a par ailleurs promis que la dette serait remboursée. Injonction contradictoire?

«Tant que je serai ministre des Finances, nous n’augmenterons pas les impôts des Français, tout simplement parce que nous avons le taux de prélèvements obligatoires le plus élevé des pays développés. Ce serait totalement irresponsable et cela tuerait la croissance dans l’œuf.»

Au micro de France inter, le ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance a réitéré sa promesse: pas d’augmentation d’impôts… du moins tant qu’il sera à Bercy. La cause de ce rappel au lendemain de l’intervention télévisée d’Emmanuel Macron? Les inquiétudes grandissantes vis-à-vis du volume de dépenses effectuées par l’exécutif afin de faire face à la crise provoquée par la pandémie de Covid-19 et la question qui est sur toutes les lèvres depuis le plan d’urgence lancé lors du premier confinement: qui va payer?

Prise en charge du chômage partiel, fonds de solidarité à destination des petites entreprises et indépendants, exonération de cotisations sociales pour les entreprises des secteurs les plus touchés, avances remboursables accordées aux PME, dépenses exceptionnelles de santé et de l’aréopage de primes reversées, sans compter les pertes de rentrées fiscales… La facture se chiffre d’ores et déjà en centaines de milliards d’euros.

«On flirte avec les 120% de dette, comment rembourser?» interroge Léa Salamé, qui évoque la suggestion d’Arnaud Montebourg, ex-locataire de Bercy de faire racheter cette dette française comme celles des autres États membres par la Banque centrale européenne. Hors de question pour le ministre, lui-même l’a affirmé, la France remboursera sa dette.

Rembourser sans augmenter les impôts: impossible alchimie?

«Nous nous fixons 20 années pour rembourser la dette Covid», déclare Bruno Le Maire, qui avance trois pistes afin d’y parvenir sans alourdir la feuille d’impôts des Français: que les politiques présents et à venir demeurent «responsables» en matière de finances publiques, en menant à bien des «réformes de structure» (retraites) et bien entendu «grâce à la croissance». Sur ce dernier volet, le locataire de Bercy se montre optimiste, en tablant sur une croissance de 6% l’an prochain en France. Même avec une contraction du PIB à deux chiffres en 2020, atteindre une telle prévision, qui d’après le ministre «intègre le choc qu’a constitué ce deuxième confinement sur l’économie française», serait du jamais vu depuis 1973.

Pour autant la fiscalité n’est pas constituée que des seuls «impôts», la multitude de taxes en vigueur et à venir en France est autant de leviers sur lesquels l’exécutif peut jouer sans mettre à mal sa communication. C’est notamment le cas des impôts européens, qui devraient voir le jour dans le cadre du plan de relance (taxe sur le plastique non recyclé début 2021 et taxe carbone sur les produits importés d’ici 2023). Si tant à l’Élysée qu’à la Commission, on affirme que ceux-ci ne seront pas à la charge des citoyens européens, mais à celle des entreprises (ou de «contributions nationales» pour la taxe plastique), inutile de préciser que ce sont bien les consommateurs finaux qui supporteront cette hausse fiscale.

Plan de relance, aubaine pour la création d’impôts européens

Sans pour autant passer par ce type d’artifices, la question demeure de savoir si Bruno Le Maire parviendra à tenir une telle promesse, même depuis Bercy. «Dans le contexte économique actuel, je ne veux aucune augmentation d’impôts», déclarait-il pas plus tard que fin septembre, affirmant aux Échos sa volonté «de préserver le pouvoir d’achat des Français» et donc que la création d’une taxe au poids sur les véhicules ne figurerait pas dans le projet de loi finance (PLF) 2021.

Deux semaines plus tôt, les services de la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, avaient annoncé qu’un nouveau malus était dans les tuyaux. Malgré ce veto de Bercy et un rejet en commission d’un amendement visant à tout de même faire figurer cette nouvelle taxe au PLF, la ministre obtiendra gain de cause en réclamant auprès de Jean Castex et d’Emmanuel Macron. Un épisode qui laisse songeur quant à la capacité de Bruno Le Maire à tenir sa ligne face à ses pairs au sein du gouvernement.

D’ailleurs, Barbara Pompili avait initialement évoqué qu’elle présenterait cet alourdissement de la fiscalité automobile dans un projet de loi au printemps, qui reprendrait une partie des propositions de la Convention citoyenne pour le climat. Une convention regroupant près de 150 propositions en faveur de la sauvegarde du climat et que l’on pourrait assimiler à un florilège de nouvelles idées d’impôts. Initialement annoncée par la ministre de l’Écologie au printemps, cette date pourrait donc coïncider avec le futur examen de Bruno Le Maire.

Lire aussi:

Lalanne risque cinq ans de prison pour son appel à l’armée visant à destituer Macron
Il braque un bar-tabac dans l'Oise puis entame une carrière de gendarme en Turquie
«Le jour de son agression, Yuriy avait un tournevis dans sa poche», selon BFM TV
Tags:
impôt, Bruno Le Maire, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook