Economie
URL courte
Par
Construction du gazoduc Nord Stream 2 (146)
3501
S'abonner

Selon l’autorisation de l'Office fédéral allemand pour la navigation et l'hydrographie, les travaux sur la construction du gazoduc Nord Stream 2 interrompus en décembre dernier vont être prolongés. Seuls 6% du gazoduc restent à être achevés, soit 120 kilomètres dans les eaux danoises et 30 en eaux allemandes.

L'Office fédéral allemand pour la navigation et l'hydrographie a autorisé de poursuivre la pose du gazoduc Nord Stream 2 dans les eaux du pays. Une autorisation déjà délivrée précédemment avait expiré en 2020. Désormais, elle est prolongée jusqu’à fin avril.

Selon le communiqué du service de presse, il s'agit de tronçons de 16,5 et 13,9 kilomètres situés dans la zone économique exclusive allemande.

Seuls 6% du gazoduc restent à être achevés, selon le consortium Nord Stream 2 AG, soit 120 kilomètres dans les eaux danoises et 30 en eaux allemandes.

Le projet sera mené à son terme

Le projet Nord Stream 2 prévoit la construction de deux conduites longues de 1.230 kilomètres qui relieront la côte russe à l’Allemagne par le fond de la mer Baltique. Elles auront une capacité totale de 55 milliards de mètres cubes de gaz par an.

En décembre dernier, Angela Merkel avait fait savoir que la position du gouvernement allemand concernant la nécessité d’achever la construction du gazoduc restait inchangée.

Le 4 janvier, le vice-Premier ministre russe, Alexandre Novak, a assuré que le projet serait mené à son terme grâce au soutien des pays et des entreprises européens et ce, malgré les sanctions imposées par les États-Unis.

Dossier:
Construction du gazoduc Nord Stream 2 (146)

Lire aussi:

Un centre culturel turc des Vosges abritait une colonie de vacances clandestine
Déchéance de la nationalité pour les Algériens auteurs de graves préjudices aux intérêts de l’État
Refus de la laïcité chez les jeunes Français: jusque dans les salles de classe, le modèle américain s’impose
Tags:
gazoduc, Nord Stream 2, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook