Economie
URL courte
Par
5592
S'abonner

Le vice-chancelier allemand et ministre fédéral des Finances a accepté qu'«il y ait des difficultés» dans la construction car certains partenaires importants de l'Allemagne dans l'UE et aux États-Unis s'opposent au projet. Ce qui ne l’empêchera pas d’être achevé.

Se prononçant lors de la conférence «Europe 2021», le vice-chancelier allemand et ministre des Finances, Olaf Scholz, s'est montré convaincu que le gazoduc Nord Stream 2 serait achevé.

Le vice-chancelier a ainsi répondu par l’affirmative à la question d’un journaliste voulant savoir si la construction allait être achevée.

«Les États européens ont annoncé conjointement, de façon exhaustive, qu’il s’agissait d'une question européenne et qu'ils ne voulaient pas que les autres interfèrent», a déclaré M. Scholz.

La France appelle à abandonner la construction

Le 1er février, en commentant d’éventuelles nouvelles sanctions à l’égard de la Russie suite à la récente arrestation de l’opposant Alexeï Navalny, Clément Beaune, secrétaire d'État chargé des Affaires européennes, a déclaré au micro de France Inter que la France était favorable à l’abandon du projet Nord Stream 2.

Il a tout de même tenu à préciser qu’il s’agissait d’«une décision allemande puisque c'est un gazoduc qui est en Allemagne».

Le président de la Commission de l’économie et de l’énergie au Bundestag a qualifié cet appel d’«infondé et erroné».

Selon Gerhard Schroeder, l’Allemagne a besoin du Nord Stream 2 pour garantir sa sécurité énergétique et empêcher Washington de lui dicter quel gaz acheter.

Lire aussi:

«Je ne suis pas un tueur»: le Premier ministre slovaque refuse le renvoi du vaccin russe Spoutnik V
Risque de guerre civile: «La situation est bien plus grave que ce que les gens imaginent», selon Me de Montbrial
Nouvelle nuit de violences urbaines en banlieue lyonnaise, plus d’une dizaine de voitures incendiées – images
Tags:
France, Russie, Allemagne, Nord Stream 2
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook