Economie
URL courte
Par
71523
S'abonner

Absence d’assurance sur leur stabilité et financement d'un certain nombre de commerces qui se passent sur le dark web. Sur BFM Business, Christine Lagarde a jugé que les cryptoactifs s'apparentent à de la «monnaie», mais ne le sont pas.

Invitée dimanche 7 février sur BFM Business, la présidente de la Banque centrale européenne (BCE) Christine Lagarde s’est montée sceptique quant à la plus connue des monnaies virtuelles: le bitcoin.

«Ce n'est pas une monnaie. Les cryptoactifs, ce n'est pas une monnaie. C'est un actif hautement spéculatif», tranche Christine Lagarde.

«Nous, on n'est pas d'accord»

La présidente de la BCE a ainsi pointé l’absence d’assurance sur une réelle stabilité, comme c'est le cas de l'euro ou du dollar.

«Là, on peut plus parler de monnaie, c'est Diem, que l'on appelait autrefois Libra, qui était la tentative par Facebook de mettre en place un élément d'échange qui s'échangerait pour un dollar», poursuit Christine Lagarde. «Contre un dollar, mais pas contre un euro, parce que nous, on n'est pas d'accord.»

Se disant inquiète des risques auxquels les consommateurs s’exposent, Mme Lagarde a exprimé son espoir dans une régulation des cryptoactifs.

«Il faut impérativement que, si une activité est conduite par un acteur privé, cette activité, si elle s'apparente à de la monnaie, soit soumise exactement aux mêmes règles, exactement aux mêmes rations, exactement aux mêmes mécanismes de supervision», estime la présidente de la BCE.

Lire aussi:

Le Drian assure sans plaisanter envisager une frappe nucléaire russe sur l’Europe
«Je vais tous vous crever»: appelés pour des violences conjugales, des policiers se font tirer dessus
Louboutin prend ses distances avec Assa Traoré, assurant qu'elle n'est pas une «égérie»
Tags:
cryptomonnaie, économie, Bitcoin, Christine Lagarde
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook