Economie
URL courte
Par
12593
S'abonner

Le professeur Marc Chesney, enseignant en finance à l’Université de Zurich, prédit un possible krach sur des marchés, où règne ce qu’il qualifie de «finance-casino». Au micro de Sputnik, Josse Roussel, professeur à la Paris School of Business, partage cette inquiétude. En cause notamment, la dette et l’opacité des produits dérivés.

«Un krach est probable. Tous les signaux sont au rouge: pandémie, environnement, instabilité financière.» Dans une récente interview au quotidien suisse Tagesanzeiger, le professeur Marc Chesney qui enseigne la finance à l’Université de Zurich, s’est livré à de sombres prédictions, notamment si, comme que le craignent de nombreux investisseurs, les taux devaient remonter.

Des inquiétudes que partage au micro de Sputnik Josse Roussel, professeur à la Paris School of Business et chercheur sur la finance et les politiques monétaires, la numérisation du management et le capital humain:

«Les taux d’intérêt sont si bas qu’ils ne peuvent plus baisser et si d’aventure ils venaient à remonter, cela entraînerait une réaction en chaîne, car beaucoup d’acteurs ne pourraient pas soutenir les niveaux de dette qui ont été accumulés.»

Selon le maître de conférences à l’université de Paris VIII, ces derniers sont en hausse tant chez les acteurs privés que pour les États, qui ont dû augmenter massivement leurs dépenses à cause de la pandémie. «Après une courte période de réduction de l’endettement suite à la crise de 2008, nous sommes repartis vers des sommets inégalés», explique-t-il.

Une économie qui a perdu en potentiel de croissance

Josse Roussel note que cette augmentation de la dette a également concerné un certain nombre de pays émergents, comme la Chine: «L’économie chinoise performe plutôt bien depuis la crise de 2008, mais cela s’est fait au prix d’un endettement considérable, notamment du secteur privé.»

«Cet endettement massif au niveau mondial est un facteur de risque pour l’économie, car il est susceptible de provoquer des défauts de paiement», prévient Josse Roussel.

L’espoir se situe au niveau des campagnes de vaccination qui pourraient permettre une sortie de crise et un rebond économique, estime le professeur de la Paris School of Business. Mais ce dernier prévient: «Il s’agira d’un rattrapage par rapport aux récessions et aux dégâts économiques entraînés par le Covid.»

«On va se retrouver à la sortie de cette pandémie avec un endettement considérable des acteurs privés et publics, une économie qui a perdu en potentiel de croissance et des marchés financiers qui sont complètement déconnectés de l’économie réelle», poursuit-il.  

D’après Marc Chesnay, l’environnement de «crise permanente de la finance-casino» illustré récemment par le séisme Archegos est propice à un incident majeur. Pour mémoire, Archegos, fonds d’investissement spéculatif chargé de faire fructifier la fortune de l’homme d’affaires Bill Hwang, s’est trouvé au centre d’une débâcle qui a fait trembler plusieurs Bourses. Le 26 mars, Archegos n’a pas été en mesure de couvrir ses appels de marge suite à des investissements hasardeux dans des produits dérivés.

Le tout a entraîné la liquidation de nombreux titres. Bloomberg a parlé de plus de 20 milliards de dollars quand le Wall Street Journal évoquait près de 30 milliards. Déjà mis en difficulté par le scandale Greeensill, Crédit suisse a fait partie des établissements les plus touchés par le fiasco, Les Échos évoquant le 13 avril des pertes d’un montant de 4,7 milliards de dollars.

Les produits dérivés sont problématiques pour Marc Chesney. De nombreux spécialistes de la finance dénoncent régulièrement la place trop importante qu’ils prennent sur les marchés. Ce sont déjà eux qui ont été à l’origine de la crise financière de 2008.

Produits dérivés en Suisse: 26.000 fois le PIB du pays

S’il est très difficile d’obtenir des chiffres précis quant aux montants en jeu, en octobre 2018, l’Autorité européenne des marchés financiers a publié des données concernant 2017, qu’ont relayés Les Échos: «Les montants notionnels des CDS, swaps de taux, futures sur matières premières et autres Contracts for difference ont progressé de 9% en 2017 pour atteindre 660.000 milliards d’euros en notionnel Quant à Marc Chesney, il estime que la valeur nominale des produits dérivés pour la Suisse équivaut à 26.000 fois le PIB du pays

«Le problème principal des dérivés est leur opacité. Il est très compliqué de savoir qui sont in fine les porteurs du risque lié à ces produits financiers. C’est souvent une fois l’incident révélé que l’on perçoit la véritable chaîne des risques et ceux qui seront touchés», souligne Josse Roussel.

L’expert rappelle que ces produits dérivés font partie des instruments financiers les plus rentables aujourd’hui. «Il y a une perversion dans le système, car leur utilisation est devenue obligatoire pour les acteurs de la finance s’ils ne veulent pas se faire larguer par la concurrence question profits», regrette Josse Roussel.

Produits dérivés: «une perversion dans le système»

D’après ce dernier, le cas d’Archegos est révélateur de l’opacité qui entoure les produits dérivés: «On a un fonds d’investissement qui s’est retrouvé actionnaire majoritaire de grandes sociétés sans que ces dernières ou les régulateurs en soient conscients. On pourrait dire qu’il y a quelques bombes à retardement dans le système financier, mais on ne sait pas réellement où elles se trouvent.»

En attendant, les Bourses connaissent en grande majorité l’euphorie depuis le krach de mars 2020. Les indices américains volent de record en record. En France, le CAC 40 évolue au-dessus des 6.100 points, flirtant avec son plus haut historique. Pour Marc Chesney, il s’agit ni plus ni moins d’une situation de bulle.

​Une bulle alimentée par les politiques monétaires ultra-accommodantes des Banques centrales, Réserve fédérale américaine (Fed) et Banque centrale européenne (BCE) en tête. En plus de maintenir des taux historiquement bas ce qui rend le coût de l’argent faible, voire inexistant dans certains cas, elles injectent des sommes colossales dans le système économique par le biais de programmes de rachats de dettes privées et publiques ou d’opérations de financement des banques privées.

Josse Roussel juge possible un «incident monétaire»: «Les politiques en la matière sont très agressives, notamment aux États-Unis, qui créent beaucoup de dollars.» «Certains critiquent le plan de relance Biden, d’un montant avoisinant les 2.000 milliards de dollars, car ce dernier vient s’ajouter à une politique d’assouplissement quantitatif massive. Tout ceci fait craindre le retour d’une certaine pression inflationniste pour les États-Unis. Cela aurait évidemment un impact sur les taux d’intérêt comme sur le niveau du dollar. Ce sont des éléments préoccupants», ajoute-t-il

​Ces politiques monétaires ont un autre effet d’après Marc Chesnay: rendre encore plus riches les ultra-riches. Le dernier classement Forbes des plus grandes fortunes de la planète est un cru record. Les 20 premiers du classement ont vu leur pécule augmenter de… 62% en un an. Il atteint désormais la somme colossale de 1.747,5 milliards de dollars. C’est plus que le Produit intérieur brut (PIB) d’un pays comme l’Espagne (1.393 milliards de dollars en 2019).

«Jeff Bezos [patron d’Amazon, ndlr] s’est enrichi, le 20 juillet 2020, en une journée donc, de 13 milliards de dollars. Le double de ce que 1,3 milliard d’Africains ont gagné ce même jour […] Si cela continue ainsi, cela explosera un jour», avertit quant à lui Marc Chesney, toujours dans Tagesanzeiger.

Alors, comment éviter cette explosion? Du côté de l’expert suisse, on milite pour réduire la taille des banques, dont certaines jouissent aujourd’hui de la position de «too big to fail» (trop grosses pour faire faillite). Marc Chesney fait partie de ceux qui souhaitent séparer les banques de dépôt de celles qui investissent sur les marchés. Il est également favorable à un «micro-impôt» sur les transactions financières électroniques.

Les politiques monétaires enrichissent… les ultra-riches

Des solutions intéressantes pour Josse Roussel, qui considère pour sa part que la création monétaire et le coût de la dette sont au centre des problématiques économiques actuelles: «Nous sommes dans une situation ou la dette est tellement bon marché que la plupart des acteurs économiques l’utilisent pour augmenter la rentabilité. L’effet de levier est devenu indispensable pour performer.»

Il pense qu’il sera difficile de revenir totalement sur la dérégulation financière des dernières décennies, qui a permis à des banques de dépôt d’investir sur les marchés ou aux produits dérivés de se multiplier.

«Nous pouvons cependant envisager des réformes qui visent à obtenir plus de transparence sur ces produits dérivés. Même les autorités de régulation, censées être les mieux informées, n’ont pas une vision claire de l’étendue des risques qu’ils représentent. C’est très inquiétant», conclut le spécialiste.

Lire aussi:

Tsahal affirme avoir déjoué une attaque du Hamas impliquant une arme sous-marine - vidéo
En continu: une roquette tirée depuis Gaza frappe un immeuble à Ashdod, plusieurs blessés
L’hôtel de ville de Nice arbore le drapeau israélien – photo
Tags:
bourse, krach financier, crise économique, économie, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook