Economie
URL courte
Par
7131
S'abonner

Pour rembourser son prêt d’un milliard de dollars à la Chine, le Monténégro, un petit État balkanique, appelle l’Union européenne à l’aide. Bruxelles refuse pourtant de refinancer la dette mais dit étudier d’autres options, alors que la Chine essaie d’imposer son influence aux pays balkaniques.

Milojko Spajic, ministre monténégrin des Finances, a appelé début avril l’Union européenne à refinancer la dette d’un milliard de dollars que le pays doit rembourser à la Chine.

«Le Monténégro est suffisamment petit pour que ce soit une décision facile», a-t-il estimé dans une interview au Financial Times le 11 avril.

En remboursant le prêt, Bruxelles marquera «une victoire petite mais facile» dans la lutte «contre l'influence croissante de la Chine», a-t-il assuré.

Le projet colossal

En 2014, le Monténégro a obtenu près d’un milliard de dollars de prêts auprès de la Banque d'exportation et d'importation de Chine pour la construction d'une autoroute reliant la ville de Bar à Belgrade, la capitale de la Serbie. Le financement a été obtenu pour la construction du tronçon Bar-Boljare qui prévoit également la construction de ponts et de tunnels. Le projet est mené par la China Road and Bridge Corporation.

En outre, face à la pandémie de Covid, le Monténégro, membre de l’Otan et candidat à l’UE, a connu une forte récession en 2020, avec une chute de 8,7% de son PIB, selon les prévisions du FMI, et la première section de l’autoroute n’est toujours pas terminée. Le petit pays balkanique craint de ne pas parvenir à rembourser cette dette envers la Chine alors que le premier paiement doit être effectué en juillet.

Pas de remboursement direct mais une aide envisageable

Peter Stano, porte-parole de la Commission européenne, a fait savoir que Bruxelles ne remboursera pas les prêts contractés auprès de pays tiers.

«Nous traitons beaucoup avec le Monténégro et d'autres partenaires de la région pour les aider à s'aligner sur les normes de l'UE […], mais nous ne remboursons pas les prêts qu'ils contractent auprès des pays tiers», a déclaré Stano lors d'un point de presse lundi 12 avril.

Cette décision n’a pas été appréciée par certains experts européens. «L’UE a déjà commis des erreurs en Grèce, et la Chine a repris le port du Pirée. Maintenant, le gouvernement chinois a la chance (si le Monténégro ne peut pas rembourser le prêt) de reprendre les principales parties du littoral du Monténégro», a écrit sur Twitter le 14 avril la députée européenne Viola von Cramon.

​Le refus de refinancer le prêt ne signifie cependant pas, semble-t-il, un refus total d’aider. D’après le quotidien monténégrin Vijesti, vers fin avril, Bruxelles doit répondre officiellement à la demande d’aide de la part de Podgorica.

L'UE pense offrir son soutien au Monténégro à travers son plan économique et d'investissement de neuf milliards de dollars pour les Balkans occidentaux, indique Les Échos.

Un «cas d’école à nos portes»

La situation a fait réagir Clément Beaune, secrétaire d'État chargé des Affaires européennes. La France travaille avec la Commission européenne sur le sujet, a-t-il fait savoir le 12 avril. L’UE doit trouver un procédé pour «réduire la dépendance à la Chine dans les Balkans». Il a d’ailleurs qualifié la situation du Monténégro de «cas d’école à nos portes».

​La Chine investit dans les Balkans depuis la création de la plateforme 16+1 en 2012 portant sur la coopération entre Pékin et les pays d’Europe centrale et orientale. Les pays des Balkans occidentaux font également partie de l’Initiative chinoise ceinture et route, un ensemble de liaisons maritimes et de voies ferroviaires entre la Chine et l'Europe. Dans la cadre de la «diplomatie vaccinale», la Chine a récemment offert au Monténégro 30.000 doses de son vaccin anti-Covid de Sinopharm, ainsi qu’en a vendu quelques millions à la Serbie.

Lire aussi:

Le MoDem lâche LREM, l'Assemblée rejette le pass sanitaire
«Un gentil garçon»: la mère du tueur présumé du policier à Avignon s’en prend aux autorités
Covid et accident de laboratoire, ces «complotistes» qui avaient vu juste
Tags:
Chine, remboursement, dette, Union européenne (UE), adhésion à l'UE, Monténégro
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook