Europe
URL courte
Par
Conséquences économiques du coronavirus (49)
5144
S'abonner

Dans son édito pour «Russeurope Express», Jacques Sapir revient sur la proposition de plan de relance européen portée par la présidente de la Commission Ursula von der Leyen. Si la somme est historique, note l’économiste, elle pourrait néanmoins s’avérer insuffisante, tout en renforçant le contrôle de Bruxelles sur les budgets nationaux.

Un édito de Jacques Sapir à retrouver en podcast dans l’émission Russeurope Express du 5 juin.

La crise engendrée par la pandémie de coronavirus et par le confinement impose dans tous les pays des plans de relance à la hauteur des enjeux. C’est aussi le cas pour l’Union européenne. Paris et Berlin avaient présenté le 18 mai une ébauche de réponse commune, qui devait permettre de tirer les leçons des erreurs de ces derniers mois et remettre l'Europe sur la voie de la reprise économique.

Les deux pays ont proposé la création, dans le cadre du budget européen, d'un fonds de relance doté de 500 milliards d'euros qui serait destiné à «soutenir les pays et les secteurs les plus touchés» par la crise, ainsi que l’avait expliqué la chancelière allemande lors d'une conférence de presse commune.

Dans le détail, c'est la Commission européenne qui devrait lever cette somme sur les marchés financiers avant de la redistribuer, via le budget, aux secteurs et régions en difficultés, Italie et Espagne en tête. Ces 500 milliards représenteraient plus de trois fois le budget annuel de l’UE, mais l’importance du projet ne résidait pas tant dans les montants que dans le mécanisme.

Jacques Sapir et Clément Ollivier reçoivent Bruno Amable, économiste, professeur à l’université de Genève et co-auteur avec Stefano Palombarini de L’Illusion du bloc bourgeois (éd. Raisons d’agir, 2018).

Respecter le cadre budgétaire imposé

Ce principe d'une dette commune européenne ne résulte pas du seul travail de conviction de la France. Il découle aussi de la pression de plusieurs dirigeants européens qui avaient réclamé dès la mi-mars une solidarité financière européenne pour faire face à un choc externe menaçant d’affaiblir encore davantage des pays déjà fortement endettés. S'il est adopté, ce fonds de relance devrait s'ajouter aux 540 milliards d'euros décidés par l'Eurogroupe le 9 avril. Un programme qui avait cependant été modérément bien reçu par les pays du sud de l'Europe, qui redoutaient que de nouveaux emprunts viennent alourdir encore le poids de leur endettement.

De leur côté, l'Autriche, le Danemark, la Suède et les Pays-Bas, ces quatre pays que l’on surnomme les «quatre frugaux», ont présenté le 23 mai leur propre vision de ce à quoi devrait ressembler une relance européenne. Sans surprise, leur projet comporte l'octroi de prêts ponctuels aux pays les plus durement touchés via un fonds d'urgence, prêts qui seraient orientés vers des activités susceptibles de contribuer le plus à la reprise. Aucun montant n'était d’ailleurs mentionné. Ces aides seraient délivrées au cours des deux prochaines années à des conditions favorables et seraient conditionnées à l’«engagement ferme» de mettre en œuvre des réformes d'envergure et de respecter le cadre budgétaire imposé.

Dans les faits, le «club des frugaux» est catégoriquement opposé à toute idée de mutualisation des dettes. Dans leur proposition, les quatre pays rappellent ainsi leur opposition ferme à une dette émise conjointement par les États membres. Un processus qui permettrait selon eux aux économies européennes les moins disciplinées et les plus faibles de bénéficier indûment d'un financement moins cher grâce à celles plus fortes du nord.

Contourner l’opposition des juges allemands

La Commission de Bruxelles a finalement proposé le 27 mai, par la voix de sa présidente Ursula von der Leyen, un plan de 750 milliards d’euros, dont 500 seraient transférés aux États membres les plus affectés par le Covid-19, comme l’avaient imaginé Paris et Berlin, et 250 milliards sous forme de prêts. Pour en bénéficier, les pays devront présenter un plan d’investissements et de réformes compatibles avec les priorités politiques de la Commission. À savoir, le Green Deal européen, la transition écologique et une plus grande souveraineté européenne. Ils devront également tenir compte des recommandations que Bruxelles fait une fois par an à chacun des Vingt-Sept. Cette proposition, si elle précise les conditions d’obtention du financement, est plutôt conforme à ce que suggéraient Paris et Berlin. L’opposition des Frugal Four ne devrait donc pas s’amoindrir.

Ces différents projets divergent donc fondamentalement. Mais il apparaissent tous les trois largement insuffisants. La proposition franco-allemande reviendrait, si on lui ajoute le programme de financement décidé le 9 avril, à mettre sur la table entre 1.000 et 1.250 milliards d’euros. De leur côté, les États-Unis ont annoncé des mesures portant sur 2.300 milliards de dollars, or l’économie américaine est moins importante que celle de l’UE. On le voit, le compte n’y est pas.

La solution la plus rationnelle aurait été de laisser les pays concernés établir leurs plans de relance en leur garantissant que la BCE pourrait racheter leur dette directement. Mais, compte tenu du jugement rendu le 5 mai dernier par la Cour constitutionnelle allemande, c’est impossible. La proposition franco-allemande apparaît déjà comme un compromis, tant en raison des faibles montants évoqués que de son architecture compliquée, qui a pour but de contourner l’opposition du tribunal de Karlsruhe.

Abonnez-vous au podcast de Russeurope Express pour ne jamais manquer un épisode:

Dossier:
Conséquences économiques du coronavirus (49)

Lire aussi:

Il traite ses copains de «fils de porcs» dans le 93, sa mère refuse de s'excuser auprès de l'enseignant et l'insulte
Le ministère de la Santé confirme plus de 45.000 contaminations en 24h
L’Élysée dénonce les propos «inacceptables» d'Erdogan contre Macron
Un Toulousain diffuse la photo du professeur décapité et finit derrière les barreaux
Tags:
Union européenne (UE), coronavirus SARS-CoV-2, Covid-19, Ursula von der Leyen, Commission Européenne, crise économique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook