Europe
URL courte
Par
1143
S'abonner

Plusieurs tribunes et lettres ouvertes de collectifs médicaux et scientifiques appellent les politiciens européens à améliorer la gestion de la crise due au Covid-19 et à rendre la prise de décision plus transparente. Un médecin anesthésiste-réanimateur français commente pour Sputnik les obstacles possibles.

Les chiffres inquiétants de la contamination par le SARS-CoV-2 en France posent de nouveau le problème de la gestion de la crise du Covid-19 au sein des hôpitaux. En Belgique, plusieurs lettres ouvertes signées par le corps médical ont vu le jour. D’abord, un collectif de médecins, de scientifiques et d’académiques a publié une tribune demandant au gouvernement national une «mise sur pied urgente de nouveaux groupes de travail». Puis, une autre missive, appelant à «un débat ouvert» au niveau européen, a fait «appel aux politiciens pour qu’ils s’informent de manière indépendante et critique dans le processus de prise de décision et dans la mise en œuvre de mesures» visant à protéger les populations contre le coronavirus.

Gaëtan Casanova, médecin anesthésiste-réanimateur à l’hôpital Foch, en région parisienne, considère que «les données médicales pures sont peu importantes» pour juger de l’impact de la pandémie en France.

Avec le Covid-19, «on a des pathologies imbriquées»

Pourtant, la croissance de cas positifs au Covid-19 a provoqué un report ou une annulation de traitement d’autres maladies chroniques. Les médecins ont attiré l’attention sur ce problème des deux côtés de la frontière: aussi bien en France qu’en Belgique, où, selon les signataires, «sur le plan médical, le confinement a entraîné une surmortalité (d’au moins 30%) des patients atteints d’autres pathologies». 

«Le Covid, en tant que maladie a pu révéler ou provoquer d’autres affections. Souvent, on a des pathologies imbriquées: par exemple, le virus, qu’on sait trombogène, peut entraîner des embolies, notamment un accident vasculaire cérébral (AVC)», explique Gaëtan Casanova au micro de Sputnik.

Gaëtan Casanova confirme «avoir observé» des personnes infectées au SARS-CoV-2 «développer des AVC» ou des embolies pulmonaires. Mais difficile de «répondre clairement» et de savoir si, chez la personne hospitalisée pour un AVC et positive au Covid, c’est le coronavirus qui a «créé» l’embolie ou si «on a trouvé le virus» en traitant l’accident vasculaire.

Si le jeune médecin confirme qu’«au début de la pandémie, en mars et avril, ça a été difficile», il refuse «d’être trop critique sur la période initiale» tant les circonstances ont étés compliquées et imprévisibles. Néanmoins, aujourd’hui, «avec plus de recul», il se permet de l’être «un peu plus».

«Dans la plupart des hôpitaux, comme chez nous à Foch, la majorité de l’activité chirurgicale a été conservée», précise Gaëtan Casanova.

«Néanmoins, il est probable qu’il y ait eu des retards de prise en charge sur certaines pathologies à cause du Covid», confirme le médecin, sans vouloir «dramatiser». Il souligne par ailleurs que «l’ensemble des établissements» fait tout pour garder une activité «classique».

Isoler les malades, un vrai casse-tête

«On sait que cette histoire de Covid va durer», souligne l’anesthésiste-réanimateur. Mais il va falloir «savoir arbitrer» entre le traitement de la pandémie et celui d’autres pathologies. Un traitement qui concerne également la logistique de la prise en charge dans le milieu hospitalier.

«Puisqu’on connait les conséquences du coronavirus et ce qui le rend dangereux, je trouve que cette pandémie pose davantage un problème logistique qu’un problème médical», explique Gaëtan Casanova.

Chaque hôpital s’efforce de résoudre les problèmes logistiques avec les moyens dont il dispose. En général, les hôpitaux appliquent une politique qui consiste à «limiter le nombre de patients à un par chambre».

«Si les chambres sont doubles, ça limite le nombre d’hospitalisations possible», rappelle le médecin.

La sécurité épidémiologique sous-entend l’absence de contacts entre les patients positifs et les patients négatifs au Covid. L’hôpital Foch, où travaille Gaëtan Casanova,  respecte cette norme: «Tous les admis passent un test PCR

«Comme les résultats du test sont connus rapidement, dans la journée, on arrive plus facilement à créer des chambres doubles. La capacité à réaliser beaucoup de tests nous permet de résoudre ce problème logistique», rappelle le médecin de l’hôpital Foch.

Suit également l’isolation des patients positifs au Covid, «comme pour toute maladie infectieuse transmissible» avant la pandémie.

Les chiffres fiables au centre de la gestion de la pandémie

Les statistiques restent l’un des outils indispensables pour connaître l’ampleur de la pandémie. Le débat sur les chiffres communiqués et les modèles mathématiques d’extrapolation réapparaissent dans la presse et sur les réseaux sociaux. Peut-on faire confiance aux chiffres de la mortalité due au Covid?

«Les chiffres sont sûrement vrais. Ils sont communiqués à la suite de la parution des certificats de décès, qui mentionnent la pathologie en cause. Bien qu’il soit parfois difficile de trancher en présence de deux pathologies évidentes», précise Gaëtan Casanova.

Le médecin admet que cela dépend de la «façon dont les hôpitaux classent le décès». Reste néanmoins un «problème avec les chiffres» au niveau de la coordination et de la base du calcul. Le médecin cite l’exemple d’un pic de mortalité constaté en septembre dernier et «qui a beaucoup inquiété». Par la suite, on a découvert qu’un hôpital avait transmis des données de mortalité «condensées», ce qui a faussé la donne. D’après Gaëtan Casanova, la régularité de transmission des chiffres au Santé Publique France demande une surveillance «attentive».

 

Lire aussi:

«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Vitres brisées, tags, menaces: des mosquées ciblées à Bordeaux et Béziers - images
Une enseignante menacée par ses élèves à Toulouse pour avoir abordé le port du voile en France
Tags:
médecine, hôpital, France, Belgique, coronavirus SARS-CoV-2, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook