Europe
URL courte
Par
6635
S'abonner

Les ministres de l’Intérieur de l’UE ont pour la première fois discuté de la mise en place d’un «mécanisme de solidarité obligatoire» qui obligerait chaque pays membre à accueillir des réfugiés sur son territoire.

Cinq ans après la crise de 2015 due à l’afflux de réfugiés en Europe, les pays membres de l’UE ont entamé des négociations sur le projet de réforme de la politique migratoire proposé par la Commission européenne.

Réunis par visioconférence, les ministres de l’Intérieur des Vingt-Sept ont pour la première fois discuté du plan qui prévoit la mise en place d’un «mécanisme de solidarité obligatoire», lequel obligerait chaque pays membre à accueillir, si nécessaire, des réfugiés sur son territoire.

«Notre visons à ce que l’Europe se concentre sur ceux qui ont besoin de protection [...] mais nous voulons aussi maintenir l’ordre, ce qui veut dire qu’à l’avenir, nous ne laisserons pas entrer autant de personnes qui n’ont en réalité pas besoin de protection», a déclaré à la presse le ministre allemand de l’Intérieur, Horst Seehofer.

Le processus s’annonce difficile

Bien que Berlin souhaite parvenir à un accord sur le nouveau régime migratoire d’ici la fin de l’année, le processus risque de prendre plus de temps.

Ainsi, la Hongrie et les autres pays du groupe de Visegrad (Pologne, Tchéquie, Slovaquie) avaient déjà fait savoir qu’ils continueraient à refuser de recevoir des demandeurs d’asile ayant débarqué dans d'autres pays membres de l’UE.

Lire aussi:

Le nombre de décès le plus élevé depuis avril et les nouveaux cas en baisse en 24h en France
«Nous sommes libres de décapiter»: des milliers de messages de bots envahissent des sites français
Le ministre français du Commerce commente l'appel d'Erdogan à boycotter les produits français
Tags:
politique migratoire, réfugiés, Union européenne (UE)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook