Europe
URL courte
Par
3238
S'abonner

La reine d’Angleterre a gracié Steven Gallant, un prisonnier convaincu de meurtre qui s’était mis sur le chemin d’un terroriste, lors de l’attaque du London Bridge. La famille de la victime dit approuver la grâce royale.

La grâce royale a été accordée à Steven Gallant, un prisonnier qui s’était distingué en s’opposant au terroriste du London Bridge, rapporte le Daily Mirror. Emprisonné pour meurtre depuis 2005, le détenu s’est vu offrir une remise de peine de dix mois, qui devrait le mener devant une commission de libération conditionnelle en juin prochain.

Le ministère de la Justice a confirmé que la grâce royale avait été accordée à la suite des «actions exceptionnellement courageuses» de Gallant. Lors de l’attaque au couteau en 2019 sur le London Bridge, Steven Gallant s’était en effet opposé au terroriste, à l’aide d’une défense de narval. Le prisonnier avait été autorisé à sortir ce jour-là pour assister à une conférence dans le cadre d’un programme de réhabilitation des détenus.

Quelques minutes après son intervention, la police était finalement parvenue à abattre le terroriste, Usman Khan. L’attentat avait fait deux morts et trois blessés.

La famille de la victime approuve la grâce

Steven Gallant avait été emprisonné car il faisait partie d’un gang ayant battu à mort un pompier, en avril 2005. La famille de la victime a accueilli favorablement la décision de grâce royale.

«J'ai des émotions mitigées - mais ce qui s'est passé sur le London Bridge montre qu’en réalité les gens peuvent changer […] Dans mon esprit, Gallant a presque purgé sa peine et si quelqu'un a suivi un programme de réhabilitation et a changé, ce qui semble être le cas, alors c'est assez juste», a ainsi confié au Daily Mirror le fils de Barrie Jackson, l’homme tué par Gallant.

Le jeune homme se dit même prêt à rencontrer le meurtrier de son père un jour.

La dernière grâce royale accordée à un meurtrier remonte à près de 25 ans, elle concernait alors Sean O'Callaghan, ancien dirigeant de l’Armée républicaine irlandaise provisoire (IRA).

Lire aussi:

«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Vitres brisées, tags, menaces: des mosquées ciblées à Bordeaux et Béziers - images
Une enseignante menacée par ses élèves à Toulouse pour avoir abordé le port du voile en France
Tags:
prisonniers, meurtre, terrorisme, grâce
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook