Europe
URL courte
Par
9418
S'abonner

Alors que le couvre-feu était en vigueur à Bruxelles dans la nuit du 26 au 27 octobre, un homme a attiré l’attention des policiers devant le commissariat central. Après avoir découvert sur lui plusieurs armes blanches, dont une hache et un marteau, les agents ont arrêté cet individu. La piste terroriste n’est pas privilégiée pour l’instant.

Dans la nuit du 26 au 27 octobre, alors que le couvre-feu était déjà en vigueur, des policiers ont procédé au contrôle d’un individu devant le commissariat central de Bruxelles, relate le quotidien La Libre Belgique.

Outre le couvre-feu en cours, c’est le comportement de l’individu qui a intrigué les forces de l’ordre: il faisait des allées et venues près du commissariat situé à proximité de la Grand Place. À l’issue du contrôle, durant lequel le sac de l’homme a été fouillé, plusieurs armes blanches ont été découvertes.

Il avait ainsi sur lui des couteaux de combat, une hache et un marteau, ainsi que des munitions.

Probablement «radicalisé»

Le mis en cause est domicilié à Bruxelles. Comme l’a annoncé la RTBF, lors d’une perquisition chez lui, des armes à feu auraient été découvertes. Alors que cette information n’a pas encore été confirmée par le parquet de Bruxelles, le syndicat SNPS (Syndicat national du personnel de police et de sécurité) estime que l’individu est «radicalisé».

«Rien n’indique que le suspect voulait s’en prendre à des policiers», a commenté la porte-parole du parquet à la radio belge.

Une enquête est en cours et une audition du suspect est attendue. La piste terroriste n’est pas privilégiée pour l’instant, la police s’oriente sur celle d’un déséquilibré.

Lire aussi:

Malgré les avertissements, un tiers des Français prévoient de «partir» pour Noël
Ces 25 propriétaires du 93 ont appris par simple lettre qu’ils étaient expropriés
Plusieurs villages français seront privés d’Internet à cause de la 5G
Tags:
police, arme blanche, Parquet de Bruxelles, attentats de Bruxelles, Bruxelles
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook