Europe
URL courte
Par
4810
S'abonner

Suite à la fusillade de Vienne et à des attentats islamistes en France, la principale instance de représentation musulmane en Autriche (l’IGGÖ) a mis au point un guide spécial adressé aux professeurs de religion visant à approfondir les connaissances des élèves sur la liberté d'expression, rapporte le Salzburger Nachrichten ce 5 novembre.

Quelques jours après l’attentat de Vienne, survenu le 2 novembre, le bureau scolaire de la principale fédération musulmane d'Autriche (l’IGGÖ) a pris la décision d’élaborer un guide pour les professeurs de religion dans le but d'approfondir les connaissances des élèves sur des sujets tels que la liberté d'expression et la liberté de religion, à en croire un article du quotidien autrichien Salzburger Nachrichten paru le 5 novembre.

Ainsi, le document qui a été envoyé aux professeurs mercredi 4 novembre apporte des réponses à une série de questions qui peuvent surgir chez les jeunes. Le but est de montrer qu'il est inacceptable de ravir des vies en criant «Allahu Akbar» de même que de se moquer du prophète Mahomet, détaille le média.

En outre, grâce au guide, les étudiants en apprendront davantage sur «l’importance d’un État démocratique, laïc et de droit» pour préserver la paix sociale et religieuse ainsi que les libertés individuelles.

Un contexte particulier

Le média précise que cette décision est liée, entre autres, à un incident survenu le 29 octobre quand une cinquantaine d’individus d’origine turque ont fait intrusion dans l'église catholique Saint-Antoine de Padoue, située dans l’arrondissement de Favoriten à Vienne, pour donner des coups de pied aux bancs de la nef et au confessionnal. Selon la presse locale, les assaillants avaient crié «Allahu Akbar».

«Il était clair pour nous qu'après les attentats en France et l'émeute de Favoriten, il faudrait avoir des discussions de nouveau», a déclaré Carla Amina Baghajati, directrice du bureau scolaire de l’IGGÖ, citée par le Salzburger Nachrichten.

Les attentats en France et en Autriche

Dans la nuit du 2 au 3 novembre, Vienne a subi un attentat djihadiste qui a fait quatre morts et une quinzaine de blessés. L’assaillant abattu par la police après les fusillades dans le centre de la capitale autrichienne était un «terroriste islamiste», a indiqué le ministre autrichien de l’Intérieur, Karl Nehammer, lors d’une conférence de presse. Il s’agissait d’un sympathisant de Daech*.

La France a également été plusieurs fois frappée ces dernières semaines. Le 29 octobre, trois personnes ont trouvé la mort dans l’attaque au couteau à la basilique Notre-Dame de l'Assomption de Nice. Selon le maire de la ville, Christian Estrosi, le terroriste n’a cessé de crier «Allahu akhbar». Il a été neutralisé par les forces de l’ordre. Grièvement blessé, il a été hospitalisé. Le Pnat a annoncé se saisir de l'enquête. Le chef de l’instance a ensuite confirmé que l’assaillant était un Tunisien né en 1999 qui est récemment arrivé en France via l’île italienne de Lampedusa.

Deux semaines plus tôt, le professeur d'histoire-géographie Samuel Paty, qui avait montré à ses élèves des caricatures de Mahomet pendant des cours sur la laïcité et la liberté d’expression, a été décapité le 16 octobre près du collège où il enseignait, à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), dans «un attentat terroriste islamiste caractérisé», suivant les mots d'Emmanuel Macron. Selon la police, l'assassin de l'enseignant était un Tchétchène né à Moscou en 2002 qui avait obtenu avec sa famille le statut de réfugié en France.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

L'armée américaine se préparerait à frapper l'Iran, selon un spécialiste israélien
Trump va-t-il bombarder l’Iran pour éviter un nouvel accord nucléaire avec Biden?
Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Tags:
liberté de culte, liberté d'expression, Autriche, attentat
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook