Europe
URL courte
Par
4217218
S'abonner

Le porte-parole du Kremlin a démenti des rumeurs relayées par des tabloïds britanniques selon lesquelles Vladimir Poutine aurait des problèmes de santé et préparerait sa démission.

Dmitri Peskov, le porte-parole du Président russe, a réfuté les allégations sur les projets de Vladimir Poutine de démissionner. La nouvelle a été lancée par plusieurs tabloïds britanniques dont certains affirment que cette décision serait liée à une maladie ou aux demandes de la famille.

«Vous savez, il n'y a en fait rien à commenter. […] C’est complètement absurde. Tout va bien pour le Président et il est en excellente santé», a souligné Dmitri Peskov.

«Non», a-t-il répondu à la question de savoir si Vladimir Poutine envisageait de quitter prochainement son poste de chef d’État.

Les allégations

Le Daily Mail indique dans un article publié ce 6 novembre que l'avenir de l'homme fort de la Russie fait l'objet de spéculations après que le politologue Valéry Soloveï a estimé que le Président pourrait souffrir de la maladie de Parkinson et que sa famille a pu l’exhorter à prendre sa retraite.

The Sun affirme pour sa part que Vladimir Poutine fait des plans de retraite en présentant un nouveau projet de loi pour devenir sénateur à vie et se garantir une immunité après son mandat.

En effet, le Président russe a soumis le 31 octobre aux députés un projet de loi sur la formation du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe), qui prévoit notamment le droit du chef de l’État à nommer des sénateurs à vie, ainsi que la procédure d'acquisition de ce statut par les ex-Présidents de Russie.

Lire aussi:

L'armée américaine se préparerait à frapper l'Iran, selon un spécialiste israélien
Trump va-t-il bombarder l’Iran pour éviter un nouvel accord nucléaire avec Biden?
Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Tags:
démenti, démission, Daily Mail, The Sun, Vladimir Poutine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook