Europe
URL courte
Par
52610
S'abonner

Après sa suspension pour avoir montré en octobre une caricature de Mahomet dessinée par Charlie Hebdo et jugée «obscène», ce professeur entend contester sa mise à l’écart par le biais d’une requête devant le Conseil d'État en Belgique. L’avocat de l’enseignant évoque l’invalidité de la décision et «un excès de pouvoir».

Écarté en octobre pour avoir présenté à une classe de 5e année (équivalent français du CM2) une caricature signée Coco et jugée «obscène» du prophète Mahomet montrant ses parties génitales, un professeur de Molenbeek a saisi le Conseil d'État pour faire annuler cette décision, rapporte Le Vif/L'Express.

Dans sa requête en annulation, l’avocat de l’enseignant pointe l’invalidité de la décision sur son écartement prise par une autorité incompétente - la directrice du département Éducation, Petite enfance, Sports et Jeunesse - alors que cette compétence appartient au collège. En outre, l’avocat voit dans cette décision une «erreur manifeste d’appréciation» et «un excès de pouvoir».

De son côté, le collège communal de Molenbeek s’était référé à «la manière trop directe de traiter ce sujet d'actualité» évoquant également le préjudice porté aux «intérêts de l'enseignement du pouvoir organisateur». Selon l’établissement, l'enseignant aurait dû préparer ce «sujet très sensible» en concertation avec son directeur, mais il a «agi dans l'improvisation lorsqu'il a choisi de montrer la caricature litigieuse».

Dans le cadre de sa convocation, le professeur doit se présenter au collège le 17 décembre. Selon Le Vif/L'Express, il devrait être changé d'école et placé sous la tutelle d'un autre enseignant.

Un cours sur la liberté d'expression controversé

L’origine de ce scandale remonte au 22 octobre lorsque l’enseignant a montré ce dessin de Coco, caricaturiste de Charlie Hebdo, représentant le prophète Mahomet, nu, sous le titre «Une étoile est née» lors du cours sur la liberté d'expression en 5e et le même cours en 6e, mais sans le dessin.

Le professeur a été ainsi provisoirement écarté et a fait l’objet le 29 octobre d’une première audition dans le cadre de la procédure disciplinaire. Selon la RTBF, ce n’est pas le fait d’avoir présenté une image religieuse, mais bien le caractère obscène de celle-ci qui est à l’origine de sa suspension.

Meurtre de Samuel Paty

Cet événement est survenu près de deux semaines après l’assassinat de Samuel Paty, enseignant français décapité par un terroriste pour avoir montré des caricatures du prophète Mahomet pendant un cours sur la laïcité. Le meurtrier a été abattu par les forces de l’ordre.

Lire aussi:

«D’autres vaccins sont plus efficaces» qu’AstraZeneca: un début de revirement pour Macron?
Des policiers de plusieurs départements de France attaqués dans la nuit de samedi à dimanche
«Chasseurs de nuit», «crocodiles» et «cygne blanc»: les surprises du défilé aérien militaire à Moscou – images
Où est la France dans la liste des pays européens avec la plus grande part de leur population vaccinée?
Tags:
Samuel Paty, Prophète Mahomet, Belgique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook