Europe
URL courte
Par
51017
S'abonner

Un militaire des forces spéciales allemandes est traduit en justice pour avoir caché dans son jardin des armes lourdes et des explosifs. La justice s’interroge sur ses motivations réelles et s’inquiète de ses accointances avec l’idéologie néonazie.

Ce 22 janvier s’ouvre à Leipzig le procès de Philipp S., membre de l’Unité des forces spéciales allemandes (KSK, Kommando Spezialkräfte) accusé d’avoir illégalement caché dans son jardin des armes et des explosifs, rapporte Die Welt.

En mai, une perquisition à son domicile avait permis de retrouver deux kilos d’explosifs plastiques, une Kalachnikov, une arbalète, des grenades paralysantes, ainsi que plus de 7.000 munitions de fusil et pistolet.

Suite à cette découverte, le soldat du KSK avait été placé quelques mois en détention préventive avant d’être libéré sous contrôle judiciaire. Une interdiction de porter l’uniforme avait également été prononcée.

La mise au jour de cette cache d’armes embarrasse l’armée allemande qui peine à comprendre les motivations réelles de Philipp S. Comptait-il faire usage de son matériel? Possédait-il des complices? Les enquêtes du parquet général de Dresde et des services militaires de contre-espionnage n’ont toujours pas permis de répondre à ces questions. Le mobile terroriste semble pour l’heure écarté.

Pensée néonazie

La justice s’interroge également sur les relations de Philipp S. avec la mouvance néonazie. Dans la cache d’armes ont en effet été retrouvés des recueils de chants SS et diverses reliques nazies.

En 2017, le militaire avait déjà attiré l’attention du contre-espionnage militaire à l’issue d’une soirée de son unité lors de laquelle des saluts hitlériens ont été faits. Berlin avait d’ailleurs donné un coup de balai dans les forces spéciales après ce scandale, et la deuxième compagnie du KSK avait été dissoute.

Le procès qui s’ouvre devra donc établir si la constitution de ce stock d’armes est en lien avec l’idéologie du prévenu et s’il a pu être appuyé dans son entreprise par des groupes extrémistes. Il encourt jusqu’à cinq ans de prison.

Lire aussi:

Castex: «Il faut tout faire pour retarder le confinement»
Nicolas Maduro lance un ultimatum à l’Union européenne
Natacha Polony: «Il y a eu un recul des libertés individuelles et publiques depuis un an qui est majeur» - vidéo
Tags:
armes, forces spéciales, néonazisme, néonazis, Bundeswehr (armée allemande)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook