Europe
URL courte
Par
5115
S'abonner

Suspendu après deux crashs, le Boeing 737 MAX pourrait obtenir une certification de la part de l'Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) cette semaine. Le directeur du régulateur sera auditionné ce lundi au Parlement européen à ce sujet.

La commission des transports et du tourisme (TRAN) du Parlement européen auditionne ce lundi 25 janvier Patrick Ky, directeur de l'Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) au sujet de la nouvelle certification du Boeing 737 MAX par l’agence, indique le site de la commission.

«Le directeur exécutif de l'AESA, M.Patrick Ky, informera les membres de la commission TRAN des résultats du processus de recertification du 737 MAX, avant le premier décollage de l'avion en Europe depuis mars 2019», est-il précisé.

Emboîtant le pas aux États-Unis, au Brésil et au Canada, qui ont déjà recertifié le 737 MAX, c’est au tour de l’UE par le biais de l'EASA de délibérer sur une autorisation dans les prochains jours.

«Le MAX pourra de notre point de vue voler à nouveau [en Europe, ndlr] à partir de la semaine prochaine», a déclaré le 19 janvier Patrick Ky, cité par l’AFP.

Assurer une recertification indépendante

D'après Karima Delli, élue Europe Écologie-Les Verts et présidente de TRAN citée par Le Parisien, lors de cette audition en urgence, les députés veulent «avoir la certitude que cet avion revolera en toute sécurité».

«Notamment que la recertification réalisée par l'AESA a été faite en toute indépendance», détaille-t-elle auprès du Parisien.
«Vu la gravité de ce qui s'est passé, nous voulons donc savoir comment l'AESA a recertifié l'avion. C'est un préalable avant la levée de l'interdiction», ajoute-t-elle.

Il s’agit en somme d’une réponse des élus européens à une demande des familles des victimes qui exigent que l’action de l'AESA soit mieux contrôlée, précise le quotidien.

Les deux catastrophes

Le 737 MAX n’a pas volé dans le ciel européen depuis mars 2019, après le crash du vol Ethiopian Airlines 302 d'Addis-Abeba à Nairobi six minutes après son décollage qui a coûté la vie à 157 personnes.

Le premier accident majeur impliquant l’appareil s’était produit en octobre 2018 lorsqu’un 737 MAX s’est abîmé en mer de Java 13 minutes après son décollage de Jakarta en Indonésie, emportant la vie de 189 personnes.

Selon l'enquête américaine menée après les deux accidents, Boeing a caché à l'Agence américaine de sécurité aérienne des éléments de conception de son avion, à savoir un logiciel antidécrochage d’un système d’augmentation des caractéristiques de manœuvre (MCAS), à l’origine des deux catastrophes, précise Le Parisien. La compagnie a ensuite reconnu sa responsabilité.

Commentant la future recertification de l’avion, le directeur de l’EASA a souligné que «tous les facteurs qui ont contribué aux accidents [ont été] réglés», indique l’AFP.

Lire aussi:

Nuit de chaos à Argenteuil, des policiers visés par des tirs de mortiers - vidéos
«Tu vas en prendre plein la gueule»: un maire met en garde Macron qui prépare son tour de France
L’eau: l’arme secrète d’Erdogan contre la Syrie
Marine chinoise face à l’US Navy: «Les rapports de forces sont en train de s’inverser en nombre»
Tags:
EASA, crashs, Boeing 737 MAX
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook