Europe
URL courte
Par
132210
S'abonner

L’ambassadeur de l’Union européenne en Ukraine a reposté un article du centre analytique américain Atlantic Council dans lequel le pays est qualifié de «zone frontalière et marginalisée» du fait de l’incapacité du pouvoir à se doter d’un vaccin contre le Covid-19.

Matti Maasikas, ambassadeur de l’Union européenne en Ukraine, a commenté via Twitter un conflit entre le ministère ukrainien de la Santé et l’Agence des achats médicaux, une entreprise publique, en lien avec les livraisons du vaccin contre le coronavirus, en repostant un article peu flatteur à ce sujet publié sur le site du centre analytique Atlantic Council.

«Le transfert de tous les marchés centralisés à l'Agence est également une condition de l'assistance macrofinancière de l'UE», a-t-il indiqué, avant d’ajouter une citation de l’article signalant que «les problèmes de vaccination en Ukraine ont été aggravés par l’escalade des tensions entre le ministère de la Santé et l’Agence des achats médicaux du pays».

L’article de l’Atlantic Council signale notamment que «dans la lutte mondiale pour les vaccins contre le Covid-19, l'Ukraine est devenue une zone frontalière marginalisée» et que «l’incapacité de l’Ukraine à faire des progrès sur le front des vaccins est devenue de plus en plus alarmante au cours des derniers mois».

Le ministre ukrainien de la Santé Maxim Stepanov avait précédemment annoncé que le vaccin pour l’Ukraine serait acheté par l’organisation internationale Crown Agents.

Rejet du vaccin russe

Auparavant il avait indiqué que les achats seraient réalisés par un autre organisme car les propos du directeur général de l’Agence des achats médicaux, Arsène Joumadilov, ternissaient l’image de l’Ukraine sur la scène internationale et compliquaient les négociations avec les fournisseurs.

M.Joumadilov avait notamment déclaré que l’Ukraine aurait pu passer deux contrats sur le vaccin avec lesquels la dose aurait pu coûter moins cher, d’au moins un dollar.

Vladimir Poutine avait précédemment déclaré que la Russie pourrait livrer le vaccin à l’Ukraine à condition que celle-ci le demande. Kiev avait refusé d’utiliser le vaccin russe Spoutnik V.

Le ministre ukrainien de la Santé Maxim Stepanov a déclaré vendredi 29 janvier que le vaccin russe Spoutnik V ne serait pas homologué en Ukraine. Il a demandé de ne pas écouter les hommes politiques ukrainiens évoquant l’échec de la campagne de vaccination dans le pays. Selon lui, près de 367.500 Ukrainiens seront immunisés à sa première étape.

Lire aussi:

Deux voleurs s’accroupissent derrière un caddie pour se cacher de la police à Toulouse
Un policier renversé et projeté au sol après avoir voulu contrôler un individu à motocross à Lyon
Le prototype Starship de SpaceX réussit son atterrissage, puis explose
Tags:
articles, Union européenne (UE), Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook