Europe
URL courte
Par
5194
S'abonner

Une nouvelle étude a pour la première fois évalué le niveau de mortalité prématurée due à la pollution de l'air dans les grandes villes européennes. Des milliers de décès pourraient être évités à condition que les prescriprions de l’OMS soient respectées, estiment les auteurs.

Des dizaines de milliers d’Européens décèdent prématurément chaque année à cause de la pollution de l'air, indique une nouvelle étude parue dans le Lancet Planetary Health.

Les chercheurs ont mesuré les taux de pollution dans près de 1.000 grandes villes européennes pour établir un classement des agglomérations où l’air est le plus mortel. En tête de la liste arrivent Madrid en Espagne et Brescia en Italie, alors que les villes des pays d'Europe du Nord tels que l'Islande, la Norvège ou la Suède sont les plus épargnées.

Les causes de mort prématurée

Selon l’étude, ce sont les particules fines (PM 2,5) et le dioxyde d’azote (NO2) qui causent des morts prématurées, puisqu’ils contribuent au risque accru de maladies cardiovasculaires, d’asthme, de pneumonie et de cancer du poumon.

«52.000 morts pourraient être évitées chaque année si chaque ville suivait les niveaux de pollution recommandés par l’OMS», assure Sasha Khomenko, principal auteur de l’étude et chercheur à ISGlobal.

L’OMS établit que la concentration en particules fines ne doit pas dépasser 10 µg/m3. Pour le NO2, le plafond est fixé à 40 µg/m3. Cependant, la grande majorité des Européens (84%) sont exposés à des niveaux de pollution bien plus élevés.

Les villes les plus dangereuses

Pour les PM2,5, les villes les plus touchées par la mortalité se trouvent dans la vallée du Pô en Italie, dans le sud de la Pologne et dans l'est de la République tchèque, selon le rapport. Ce sont, par exemple, Brescia, Bergame, Karviná, la Métropole silésienne, Ostrava, Vicence, etc.

Quant au NO2, ce sont les villes situées en Espagne, Belgique, Italie et France. Ce sont Madrid, Anvers, Turin, Milan, Barcelone, Bruxelles, etc.

La France dans le classement

Si la France est relativement épargnée par les particules fines, deux de ses villes –Paris et Argenteuil– figurent dans le top-10 concernant le plus haut niveau de mortalité due au NO2, un gaz toxique associé principalement à la circulation automobile, d’après l’étude.

Grâce à une prise de conscience, les municipalités ont multiplié les mesures visant à réduire la pollution, dont la création des Zones à faible émission (ZFE) et l’encouragement des mobilités douces comme le vélo, l’autopartage, ou encore les transports en commun. Plusieurs villes comme Paris, Strasbourg, ou Bordeaux prévoient de renoncer aux véhicules diesel d’ici 2024 ou 2025.

Lire aussi:

«Je ne suis pas un tueur»: le Premier ministre slovaque refuse le renvoi du vaccin russe Spoutnik V
Risque de guerre civile: «La situation est bien plus grave que ce que les gens imaginent», selon Me de Montbrial
Nouvelle nuit de violences urbaines en banlieue lyonnaise, plus d’une dizaine de voitures incendiées – images
Tags:
villes, Europe, morts, air, pollution
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook