Europe
URL courte
Par
21110
S'abonner

Le célèbre Long Man of Wilmington, sculpté sur une colline de l'East Sussex, dans le sud de l’Angleterre, a été vandalisé: un masque a été peint sur son visage. Une enquête a été ouverte.

Le Long Man of Wilmington, l'un des deux géoglyphes humanoïdes d'Angleterre, a été la cible de vandales qui lui ont peint un masque anti-Covid. La police a ouvert une enquête.

«Le mardi 26 janvier, on a découvert que le célèbre "Long Man of Wilmington", un personnage de 70 mètres, sculpté à l'origine dans les rochers de craie de la colline entre Eastbourne et Lewes, a eu un masque peint sur le visage», annonce la police du Sussex dans un communiqué.

C’est une insulte

Le Long Man of Wilmington est protégé par la loi en tant que monument ancien répertorié pour son importance historique, souligne la police britannique, qualifiant ce dommage d’«insulte à ceux qui travaillent à la préservation du patrimoine».

«Bien que ces dommages aient pu être perpétrés pour des raisons d'humour ou autres, un tel acte est inacceptable», indique Tom Carter, sergent de police.

Un personnage éminent

Le Long Man représente une silhouette en anamorphose qui donne des proportions correctes lorsque l'on regarde la figure depuis le bas de la colline. On croyait autrefois que ce personnage datait de l'Âge du Fer (ou même de la période néolithique) mais les récentes recherches le situent plutôt au XVIe ou XVIIe siècle.

Lire aussi:

Un centre culturel turc des Vosges abritait une colonie de vacances clandestine
Déchéance de la nationalité pour les Algériens auteurs de graves préjudices aux intérêts de l’État
Refus de la laïcité chez les jeunes Français: jusque dans les salles de classe, le modèle américain s’impose
Tags:
patrimoine culturel, masques, Royaume-Uni, Sussex, géoglyphes
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook