Europe
URL courte
Par
17280
S'abonner

Après l’annonce de l’Islande, le Danemark et la Suède comptent parmi les premiers pays européens à prévoir la mise en place d’un passeport vaccinal. La Grèce plaide quant à elle pour un certificat européen standardisé, mais d’autres pays craignent une atteinte aux libertés individuelles.

Alors que les pays européens ont entamé leurs campagnes de vaccination, la question du passeport vaccinal se pose désormais à eux. Appelé également passeport immunitaire ou sanitaire, il s’agit d’un document prouvant la vaccination et qui permettrait avant tout de pouvoir se rendre à l’étranger ou dans certains lieux publics sans devoir passer par un test de dépistage du Covid.

D’après le site Schengenvisainfo, qui a rassemblé les données des différents pays européens, Chypre a été le premier membre de l’Union européenne à annoncer une abolition des mesures de test et d’isolation pour les personnes vaccinées. Le gouvernement a l‘intention de permettre aux citoyens de l’UE d’entrer sur l’île sans restrictions s’ils montrent une preuve qu’ils ont été vaccinés contre le Covid.

Depuis le 21 janvier, l’Islande, membre de l’espace Schengen, propose à ses habitants d’obtenir un certificat de vaccination digital leur permettant d’entrer et sortir du pays. Début février, la Suède et le Danemark ont annoncé leur intention de développer un certificat électronique destiné aux voyages à l’étranger. Au niveau national, ce document pourra également permettre d’accéder à des événements culturels et sportifs, voire d’aller au restaurant dans le cas du Danemark.

Certificat standardisé

En janvier, la Grèce a émis l’idée d’un certificat de vaccination européen qui serait commun aux 27, afin de permettre notamment de relancer le tourisme dans le bloc européen. Un premier débat sur le sujet s’est tenu lundi 18 janvier, soulevant davantage de problèmes que de solutions.

En effet, des pays comme l’Allemagne, la France et la Belgique estiment qu’un tel document présente des risques de discrimination et pourrait porter atteinte aux libertés individuelles. «Ce sujet est sensible dans les pays européens», a reconnu le président du Conseil européen Charles Michel.

Incertitudes sur la contagiosité

«C’est un débat prématuré», estimait sur Franceinfo le secrétaire d’État chargé des Affaires européennes Clément Beaune, soulignant une trop faible proportion de personnes vaccinées et un manque d’informations sur la transmission du virus chez celles-ci. Même constat pour la présidente de la Haute autorité de santé (HAS), pour qui le passeport vaccinal «n’a pas de sens».

La question de la contagiosité est également évoquée par l’UE et l’OMS, qui se déclarent ouvertes à un certificat vaccinal mais le jugent également prématuré. Les discussions se poursuivent néanmoins, la Commission ayant déclaré la volonté des 27 de développer une «forme de preuve de vaccination standardisée et interopérable».

Lire aussi:

Joe Biden confond trois fois la Libye et la Syrie à la veille de son sommet avec Vladimir Poutine
Un journaliste US essaie d’interrompre Vladimir Poutine, le Président russe réplique
Une veillée funéraire visée par des tirs de LBD et lacrymos à la Plaine Saint-Denis
Tags:
Espace Schengen, Union européenne (UE), obligation vaccinale, passeport, vaccin
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook