Europe
URL courte
Par
10376
S'abonner

Une opération conjointe des polices ukrainienne et française a permis de mettre la main sur des hackeurs en Ukraine, informe France Inter. Ils sont soupçonnés d’être à l’origine de plusieurs cyberattaques en France depuis septembre 2020.

Depuis mardi 9 février, plusieurs individus soupçonnés d’être en rapport avec le cyber-groupe criminel Egregor ont été interpellés en Ukraine, révèle France Inter. Des agents de l’Office central de lutte contre la cybercriminalité ont été en mesure de les localiser. Accompagnés de leurs collègues ukrainiens, ils ont procédé à l’arrestation de plusieurs d’entre eux.

Selon le média, ces pirates sont les auteurs d’attaques survenues depuis septembre 2020 contre le quotidien Ouest-France, l’entreprise de jeux vidéo Ubisoft ainsi que le transporteur Gefco.

Ces attaques ont été revendiquées par Egregor et ont fait plusieurs centaines de victimes, affirme France Inter. Les nombreuses plaintes ont mené à l’ouverture d’une enquête par le tribunal de grande instance de Paris, tandis que les signalements ont été transmis à Interpol.

Rançongiciel

Leur méthode consistait à utiliser un «ransomware», un logiciel malveillant qui «prend en otage» les systèmes informatiques d’une entreprise. Il diffuse ensuite un message demandant une rançon en échange de leur récupération. Les victimes ont généralement trois jours pour envoyer la somme demandée.

Toujours selon la radio, les attaques par rançongiciel se multiplient depuis la crise du coronavirus avec une croissance de 255% en 2020. La dernière en date visait l’hôpital de Dax (Landes), en début de cette semaine, lequel a vu son système informatique paralysé. Le parquet de Paris a ouvert une enquête.

Lire aussi:

Opération de police au siège du FC Barcelone, le président Bartomeu arrêté
Netanyahou accuse l'Iran de l'attaque d'un navire israélien et promet de riposter
Véhicules endommagés, poubelles incendiées, tirs de mortiers d’artifice: nuit agitée pour les policiers de l’Oise
Couvre-feu: Macron demande aux Français de «tenir encore quelques semaines»
Tags:
Gefco, Ouest-France, Ukraine, arrestation, cybercriminalité, cyberattaque
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook