Europe
URL courte
Par
5198
S'abonner

Les forces armées allemandes vieillissent et ont besoin de jeunes recrues dans leur rangs, a déclaré une responsable politique. Des insuffisances en matière d’équipements inquiètent également les autorités.

L’âge moyen des militaires allemands atteint aujourd’hui 33,4 ans, selon le rapport annuel dressé par le commissaire aux forces armées, Eva Högl. Soit une augmentation de plus de trois ans depuis 2012.

Une situation inquiétante pour la responsable, qui appelle la Bundeswehr à rajeunir ses effectifs, en devenant un «employeur plus attractif» pour les nouvelles générations.

«La Bundeswehr vieillit, notre âge moyen est maintenant de 33,4 ans. Cela signifie que nous avons besoin de plus de jeunes», a ainsi expliqué Eva Högl à la presse.

Le rapport souligne notamment que la multiplication des structures administratives et bureaucratiques dans l’armée pèse sur l’attractivité. Des actions à destination des jeunes femmes devraient être entreprises, précise le document.

Matériel insuffisant

Eva Högl a également pointé du doigt la dotation insuffisante en matériel, qui soulève une «irritation constante» et «affecte la motivation» au sein des troupes.

«La disponibilité militaire des équipements de grande taille est de 74%. Cela, bien sûr, n'est pas suffisant. Il n'y a pas assez de machines, d'hélicoptères, de navires, d'outils», a précisé la commissaire aux forces armées.

Selon elle, le budget alloué à l’entretien de la Bundeswehr est suffisant, mais ces manques s’expliquent par la lenteur des achats et de la distribution des fonds. Le budget militaire du pays était de 45,6 milliards d'euros en 2020, a rappelé Eva Högl.

Lire aussi:

Reconnu coupable de corruption, Sarkozy écope de trois ans de prison, dont un ferme
Le Kremlin répond à Biden sur l’«annexion de la Crimée»
Suspecté d’avoir tenté de tuer sa compagne, il s’engage dans une course-poursuite avec les forces de l’ordre
Tags:
vieillissement, armée, Allemagne, Bundeswehr (armée allemande)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook