Europe
URL courte
Par
10723
S'abonner

Alberto Navarro, ambassadeur de l’UE à Cuba, se trouve dans la ligne de mire de 16 députés européens à la suite d’une lettre ouverte qu’il a envoyée à Joe Biden. Mais pourquoi? Décryptage d’Hernando Calvo Ospina, journaliste colombien, écrivain et réalisateur de documentaires, pour le Désordre mondial.

16 eurodéputés ont demandé à Josep Borrell, Haut représentant de l’Union européenne pour les Affaires étrangères, «le remplacement immédiat» de l’ambassadeur de l’UE à Cuba, Alberto Navarro, pour avoir adressé une lettre ouverte à Joe Biden. Ils ont en partie obtenu gain de cause puisque le chef de la diplomatie européenne a rappelé son ambassadeur pour lui réclamer «des explications».

Qu’est-ce que ces parlementaires européens condamnent précisément dans cette lettre? Ils reprochent à Navarro d’avoir demandé au Président américain «la levée de l’embargo américain sur l’île, ainsi que la non-ingérence du pays dans les affaires cubaines». Ils ont ajouté qu’Alberto Navarro «prend des positions politiques conformes à un régime qui ne respecte ni ne défend les droits de l’Homme ou la pluralité démocratique».

Dans quelle mesure ces accusations sont-elles justifiées? Alberto Navarro a publiquement critiqué l’embargo américain et il y a bien une divergence entre les positions américaine et européenne à l’égard de Cuba. Cette dernière escarmouche doit-elle être considérée comme un signe que l’Europe pourrait davantage s’aligner sur la posture des États-Unis vis-à-vis de la première île des Caraïbes?

Hernando Calvo Ospina, journaliste colombien, écrivain et réalisateur de documentaires, explique que ceux qui s’en prennent à Alberto Navarro ne sont pas forcément les plus crédibles sur le plan démocratique.

«Ce sont les Espagnols de la droite et de l’extrême droite qui ont demandé la démission de l’ambassadeur. Mais c’est aujourd’hui, l’Espagne qui est l’État le plus critiqué de l’Union européenne pour ses violences policières. C’est aussi le pays en Europe qui a le plus d’artistes en prison.»

L’ambassadeur à La Havane pourra-t-il survivre politiquement à cette cabale? Le journaliste pense que la position de l’Onu sur l’embargo pourrait jouer en sa faveur:

«Chaque année, l’Onu demande aux États-Unis de lever le blocus contre Cuba et historiquement, deux pays s’y sont toujours opposés: les États-Unis et Israël. De temps en temps, la Colombie ou le Brésil mettent aussi leur veto. Pour se défendre, Monsieur Navarro pourrait invoquer le fait qu’il a essayé de mettre en œuvre la politique que réclament les Nations unies.»

Lire aussi:

«Danger pour la France», «guerre d’influence»: Jordan Bardella dézingue la Turquie d’Erdogan
Le centre d'enrichissement de Natanz touché par un acte «terroriste antinucléaire», selon Téhéran
Quand Erdogan dit ce que Zelensky veut entendre: des politiques criméens commentent le soutien turc
Des médecins avouent avoir vacciné des moins de 55 ans à l’AstraZeneca malgré une recommandation contraire
Tags:
Josep Borrell, démission, eurodéputé, Cuba, Union européenne (UE), ONU
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook